- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Bulletin quotidien d’informations économiques africaines

Rabat, 19/04/2019 (MAP) – Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du vendredi 19 avril:

Sénégal-Elevage

L’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) investira plus de 330 millions de francs CFA pour appuyer le projet USAID/Wellitaare, a indiqué jeudi la directrice adjointe de l’USAID au Sénégal, Kitty Andang.

Elle s’exprimait à la fin du lancement de ce projet, aussi connu sous l’appellation Projet de renforcement des capacités institutionnelles et techniques locales d’intervention sur la gouvernance des ressources pastorales.

USAID/Wellitaare vise en effet à renforcer les capacités des institutions, des partenaires et des organisations pastorales, pour améliorer le niveau de vie et réduire les conflits liés aux ressources pastorales dans la zone du Ferlo, a expliqué Kitty Andang.

+++++

Sénégal-TIC-Commémoration

La Direction du Traitement automatique de l’information (DTAI) a organisé des « journées portes ouvertes », une manifestation présentée comme « une occasion de montrer aux jeunes filles que c’est possible de réussir dans les sciences, notamment dans l’informatique en mettant en exergue des femmes comme exemples ».

« Cette journée, c’est pour montrer aux jeunes filles comment le numérique marche au Sénégal parce que l’informatique a démarré à la DTAI’’, a souligné la directrice du Traitement automatique de l’information (DTAI), Koura Kane Wane.

« Cela a permis de mettre l’informatique aussi bien dans le secteur public, le parapublic que dans le secteur privé, les assurances et même la Banque centrale », a-t-elle indiqué.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale des filles dans les technologies de l’information et de la communication (JIFTIC), conformément au plan d’action national de la résolution 70 de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

+++++

Tchad-sucre

La Compagnie sucrière du Tchad (CST) menace de fermer ses portes à cause du « sucre importé frauduleusement » et de la « concurrence déloyale » qui ont causé la mévente de sa production, rapporte la presse locale, citant un responsable de la CCST.

Selon la société tchadienne, « le sucre en provenance du Soudan et autres pays étrangers inonde le marché tchadien et se vend moins cher que le sucre produit localement ».

Depuis août 2018, la CCT n’arrive plus à faire écouler sa production bien qu’un arrêté ait été pris par les autorités, portant interdiction de la commercialisation du sucre importé.

++++++++++++++

Kenya-Agriculture-Maïs

Le gouvernement kényan cèdera 2 millions de sacs de maïs aux meuniers à un prix subventionné afin de réduire le prix de la farine sur le marché intérieur, rapporte Business Daily Africa.

D’après Mwangi Kiunjuri, secrétaire d’Etat à l’Agriculture, ce volume proviendra des réserves stratégiques et le prix du sac de 90 kg devrait être compris entre 2.500 et 3.000 shillings.

Alors que le tarif du sac de maïs est déjà passé à 3.200 shillings contre 2.700 au début de l’année, de nombreux observateurs prévoyaient une flambée à 5.000 shillings en l’absence d’une intervention de l’Etat.

En outre, les transformateurs avaient exprimé des inquiétudes quant au fait que le prix du paquet de 2 kg de farine pourrait aller au-delà du record de 135 shillings établi en 2017.

« Il y a assez de maïs dans le pays pour le moment, jusqu’en juillet. Nous sommes conscients des évènements qui règnent autour des prix de la farine mais nous allons publier une déclaration à ce propos très prochainement », indique M. Kiunjuri.

Le Kenya a produit 40,9 millions de sacs de maïs en 2018 contre 32 millions de sacs un an plus tôt.

+++++

Ghana-Cacao

Les autorités ghanéennes tablent sur une production de 850 000 tonnes de cacao au terme de la saison 2018/2019 contre des prévisions initiales de 900 000 tonnes.

Cette révision à la baisse trouve son origine dans la sévère épidémie de la maladie virale du cacaoyer (Swollen Shoot) qui frappe actuellement les zones de production dans l’Ouest du pays ainsi que dans le manque de précipitations depuis novembre.

La récolte de la campagne intermédiaire d’avril à septembre devrait ainsi être comprise entre 140 000 tonnes et 160 000 tonnes contre 250 000 tonnes, un an plus tôt à la même période.

+++++

Nigeria-Finance

Le gouvernement fédéral nigérian émettra une nouvelle obligation de 20 milliards de nairas (55 millions de dollars), le 24 avril prochain, a annoncé le bureau de gestion de la dette (DMO) dans un communiqué.

La nouvelle émission, qui devrait arriver à échéance en avril 2049, pour une durée totale de 30 ans, répondra aux besoins des fonds de rente et d’autres investisseurs à long terme tout en développant le marché financier intérieur et en réduisant le risque de refinancement du gouvernement fédéral, a indiqué Patience Oniha directrice générale du DMO.

+++++++++++++++++

Nigeria-ciment

L’énergéticien finlandais Wärtsilä a été choisi par le cimentier nigérian BUA Group pour installer une centrale à moteur (basée sur la technologie Smart Power Generation) d’une capacité de 48 MW et qui alimentera une nouvelle ligne de production de ciment à Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria.

Cette centrale, qui fonctionnera sans raccordement au réseau avec du gaz naturel liquéfié, sera dotée de cinq moteurs Wärtsilä 34DF bi-carburants qui auront la possibilité de passer au mazout léger (LPFO) si nécessaire.

BUA vise en effet un impact environnemental bien moindre que celui des usines électriques qui alimentent les deux lignes de production du ciment à Sokoto.

+++++

Nigeria-SMIG

Le Nigeria a adopté jeudi la loi sur le salaire minimum, qui passe de 18.000 nairas par mois (44 euros) à 30.000 nairas mensuel (72 euros), après des mois de bras de fer et des menaces de grèves.

« Le chef de l’Etat Muhammadu Buhari a promulgué la loi 2019 sur le salaire minimum. Cela rend, de fait, obligatoire pour tous les employeurs au Nigeria de payer leurs travailleurs la somme minimum de 30.000 nairas », a annoncé Ita Enang, un conseiller de la présidence.

Et de noter que les entreprises de moins de 25 employés n’étaient pas concernées par ce nouveau décret.

En novembre 2018, les gouverneurs des Etats avaient rejeté un accord portant sur un montant de 30 000 nairas, le qualifiant d' »impraticable » à moins de réduire drastiquement le nombre de fonctionnaires ou d’augmenter les fonds du budget fédéral qui leur sont alloués.

+++++

Guinée-BM-FMI-prêts

Les institutions financières de Bretton Woods, en l’occurrence la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI) viennent d’octroyer plus de 80 millions de dollars à la Guinée, a annoncé le ministre guinéen de l’Economie et des finances, Mamadi Camara.

Les deux accords de prêt ont été signés récemment à Washington entre une délégation guinéenne conduite par le ministre Camara, le gouverneur de la Banque centrale de la Guinée (BCRG) et les responsables du groupe de la BM et du FMI, selon des médias locaux.

Le premier prêt permettra la construction d’un centre d’excellence pour une enveloppe financière de 10 millions de dollars. Ce qui permettra de renforcer la formation postdoctorale dans certaines universités de la Guinée.

Le second accord de prêt pour un montant de 70 millions de dollars servira pour soutenir l’agriculture familiale afin de lutter contre la pauvreté et la précarité dans les zones agricoles du pays.