- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Ouverture à Nairobi de la Conférence régionale africaine de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent avec la participation du Maroc

Rabat, 10/07/2019 (MAP)- La Conférence régionale africaine de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent propice au terrorisme a ouvert ses travaux, mercredi à l’Office des Nations Unies à Nairobi, avec la participation de chefs de gouvernement, de ministres de l’intérieur et des affaires étrangères de plusieurs pays dont le Maroc.

Le Maroc est représenté à cette conférence régionale qui est organisée conjointement par le gouvernement de la république du Kenya et le Bureau de lutte contre le terrorisme des Nations Unies, par la secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mme Mounia Boucetta, en présence de l’ambassadeur du Maroc au Kenya et au Burundi, El Mokhtar Ghambou.

La conférence qui a été ouverte par le Secrétaire Générale des Nations Unies, M. Antonio Guterres, le président kényan, Uhuru Kenyatta, et le président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Fahamat, devra débattre de plusieurs thématiques, à savoir « Échange sur les bonnes pratiques en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent propice au terrorisme », « Création d’un partenariat avec les jeunes, les femmes et les communautés marginalisées afin de prévenir et de combattre l’extrémisme violent propice au terrorisme » et « Renforcement de la coopération entre les États membres, les Nations Unies et l’architecture de paix et de sécurité de l’Union africaine visant à renforcer la prévention du terrorisme et de l’extrémisme violent au terrorisme ».

Cette conférence régionale africaine connait la participation de chefs d’agences de lutte contre le terrorisme ainsi que de représentants d’organisations internationales, de la société civile et de cabinets d’étude de premier plan, qui devront débattre, deux jours durant, des menaces terroristes qui guettent les pays africains et de chercher les moyens d’éradiquer cette menace dans la région.