- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

PACASEN : UNE ALLOCATION DE 149 MILLIONS CFA PRÉVUES POUR LES SIX COMMUNES BÉNÉFICIAIRES DE FATICK

Fatick, 22 juil (APS) – Le Programme d’appui aux communes et
agglomérations du Sénégal (PACASEN) va allouer, au titre de l’exercice
2019, une enveloppe d’un montant total de 148.370.502 francs CFA à six
communes urbaines de la région de Fatick (centre), a-t-on appris de
source officielle.
« Au titre de l’exercice 2019, les six communes urbaines de Fatick
bénéficiaires, qui rempliront toutes les conditions minimales
obligatoires, pourront émarger au guichet performance du PACASEN et
recevront chacune une allocation de 24.728.417 francs CFA », a dit le
directeur de l’Agence régionale de développement (ARD) de Fatick,
Djidiack Faye.
Il intervenait à une réunion d’information sur les conditions
minimales obligatoires d’émargement au guichet performance du PACASEN,
laquelle a été organisée par l’ARD au bénéficie des partenaires et des
représentants des six communes bénéficiaires du programme dans la
région de Fatick.
Les communes bénéficiaires du PACASEN dans la région de Fatick sont
Diofior, Fatick, Foundiougne, Sokone, Gossas et Passy.
« Les fonds complémentaires du PACASEN viendront s’ajouter aux Fonds
d’équipement des collectivités territoriales (FECT) destinés pour
l’année 2019 à ces six communes bénéficiaires de ce programme de
l’Etat, qui vise à améliorer la gouvernance territoriale », a expliqué
le directeur de l’ARD de Fatick.
Selon lui, cela aura pour effet « d’augmenter considérablement les
allocations financières prévues cette année pour ces six communes qui
se retrouveront avec une enveloppe globale de 245.061.655 francs CFA à
exécuter cette année ».
Le PACASEN, qui en est encore à l’an zéro de sa mise en œuvre, ne fera
pas d’évaluation cette année, mais dans les années à venir, les fonds
de concours mis à la disposition des communes bénéficiaires seront
multipliés « par deux ou trois », a indiqué le directeur de l’ARD.
D’une durée de cinq ans (2018-2023), le PACASEN est financé à hauteur
de 130 milliards de francs CFA par l’Etat du Sénégal, la Banque
mondiale et l’Agence française de développement.