- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Douaniers et contrôleurs du commerce en formation pour un contrôle optimal des produits illicites

Abidjan, 16 oct (AIP)- Le bureau national ozone (BNO) du ministère de l’Environnement et du Développement durable tient depuis mardi à Ferkessédougou un atelier de formation des agents des douanes et des inspecteurs et contrôleurs du ministère du Commerce pour un contrôle optimal de la qualité des produits vendus sur le marché notamment les substances qui appauvrissent la couche d’ozone (SAO).

Cet atelier s’inscrit dans le cadre du plan de gestion et d’élimination totale de ces substances illicites dont les hydrochclorofluocarbones (HCFC. Il s’agit, selon le coordinateur national du projet Ozone au ministère de l’Environnement et du Développement durable, Pr N’guessan Cho, de former les agents des douanes qui travaillent dans les différents postes frontières, en vue de  faire barrage à l’importation de ces gaz illicites, et les contrôleurs et inspecteurs du ministère du Commerce pour un contrôle judicieux de la qualité des produits vendus sur le marché.

Ils devront, au terme de la formation, pouvoir reconnaître ces produits illicites qui sont contenus dans les bouteilles de gaz et dont l’utilisation est nocive pour la couche d’ozone, a expliqué Pr N’guessan ,car « depuis 2010, ces produits qui détruisent la couche d’ozone font l’objet de trafics illicites. (…). Donc il faut savoir détecter ce qui se trouve dans la bouteille de gaz. Et pour ce faire nous disposons actuellement des identificateurs qui, appliqués à la bouteille nous donnent le taux de chaque type de gaz contenu dans cette bouteille ».

« Si par des moyens malins ces produits illicites atterrissent sur le marché, le rôle des contrôleurs du commerce sera de pouvoir les identifier dans le contrôle de  la qualité des produits vendus sur le marché ».

Les modules de formation portent entre autres sur l’appauvrissement de la couche d’ozone et ses conséquences, les substances réglementées par le protocole de Montréal, les réfrigérants et autres équipements en contenant, l’utilisation des identificateurs, les importations illicites aux frontières et les substances de remplacement.

Dans le cadre de l’application du protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone ratifié par la Côte d’Ivoire, le 30 novembre 1992, et en particulier le règlement de l’UEMOA de janvier 2006, un certain nombre d’activités a été programmé pour l’élimination des SAO dans le cadre de  la formation de la sensibilisation.

La Côte d’Ivoire envisage d’atteindre d’ici 2020, la réduction de la consommation des HCFC de 35%. C’est dans l’atteinte de cet objectif qu’en collaboration avec l’ONU-Environnement le Bureau national Ozone du ministère de l’Environnement et du Développement durable a élaboré le plan national de gestion et d’élimination des HCFC.

L’atelier de formation prend fin, mercredi.