- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

LA JOURNEE DE LA FEMME AFRICAINE CELEBREE A YOKELE

Kpalimé, 8 sept. (ATOP) – La journée de la Femme Africaine a été célébrée en différé, le samedi 6 septembre à Yokélé, à 7 km au nord  de Kpalimé. Elle a été marquée par une caravane des femmes des 31 groupements de l’Union des Coopératives des Femmes du canton de Yokélé (U. CO.FE.CY), un meeting sur le thème de l’année « Femme estimes-toi heureuse en participant activement au développement de ta collectivité en cette période de COVID-19 » puis l’installation du comité cantonal d’urgence et de lutte contre la covid-19.

Célébrée le 31 juillet de chaque année, cette journée est une occasion de reconnaissance aux contributions des femmes africaines au développement et à la libération de l’Afrique. Elle offre aussi un cadre d’échanges avec leurs gouvernements sur les contraintes majeures à leur bien-être et au développement du continent.

La célébration est à l’actif du Réseau des Femmes Conseillères Municipales du Togo (REFCOM-Togo) en collaboration avec le Cercle de Réflexion et d’Action pour la Promotion et l’Emancipation de la Femme (CRAPEF), la Coordination des Organisations Féminines du Togo (COFET) et l’Association Yokélé Dunényo.

Les caravanières ont sillonné les rues de la localité avant de chuter  dans  la cour du chef canton où elles ont suivi un exposé sur le thème de la célébration. L’oratrice, la présidente de la commission de l’Action sociale et culturelle, de la Jeunesse, de la Femme, des Personnes vivant avec un handicap, des personnes âgées, de l’Education et de l’état civil du REFCOM-Togo, Avossé Abra Akofa Clémentine a souligné qu’aujourd’hui le développement de la commune incombe à chacun qui doit apporter sa pierre au développement de sa société. Demander aux contribuables de payer les taxes, c’est selon elle,  leur demander d’accomplir un acte civique et citoyen. Mme Avossé a estimé que l’égalité entre l’homme et la femme intègre le développement inclusif et cette égalité est appelée à se manifester dans une responsabilité citoyenne et équitable entre hommes et femmes du canton de Yokélé. L’intervenante a indiqué que la responsabilité partagée dans la mobilisation des ressources doit être vécue par les femmes comme une fierté, une joie, un enthousiasme et une allégresse. « Payer les taxes au marché, participer aux œuvres communautaires au même titre que les hommes fera élever les femmes au rang de co-fondatrices des écoles et maternités », a précisé Mme Avossé.

Les femmes  de l’UCOFECY ont présenté, à travers un sketch, au public de Yokélé et  aux responsables des ONG amies, l’importance du payement des taxes.

Les responsables des ONG sœurs présentes ont également encouragé les femmes de l’UCOFECY dans leur engagement et détermination à participer au développement de leur localité, leur rappelant de s’acquitter de leurs taxes et impôts au même titre que les hommes.

Auparavant, le secrétaire général de la commune de Kloto 1, Dogo Tchalla, avait salué la mobilisation des femmes de l’UCOFECY et rappelé le rôle que la femme joue dans le développement d’une société. Aussi, a-t-il souhaité, que les femmes de Yokélé jouent leur partition dans le développement de la commune Kloto1.

En prélude à cette manifestation, les femmes du REFCOM ont appuyé les femmes des différents groupements de l’UCOFECY dans la construction d’une retenue d’eau afin de leur permettre de développer le maraichage pendant la période de contre saison. De même, les femmes de REFCOM-Togo, appuyées par celles de l’UCOFECY, ont fait don de savon liquide et de sucre aux personnes âgées du canton pour les soutenir en cette période de covid-19.