- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Coopération UE-Côte d’Ivoire : La société civile ivoirienne se forme à la mise en œuvre du contrôle citoyen de l’APEI

Dabou, 22 sept 2020 (AIP) – Des membres de la Convention de la société civile de Côte d’Ivoire (CSCI) prennent part, du 21 au 25 septembre 2020, à Dabou, à un atelier sur le contrôle citoyen de l’action publique de l’accord de partenariat économique intermédiaire (APEI) existant entre l’Union européenne et la Côte d’Ivoire.

Cet atelier est organisé par la CSCI en partenariat avec le groupe de recherche et d’échanges technologique (GRET), tous deux chargés de la mise en œuvre de l’action citoyen dans le cadre de l’APEI.

Selon le président de la CSCI, Kouma Mahamadou, cet atelier s’inscrit dans le cadre de la reprise du projet « Appui au renforcement des capacités opérationnelles des organisations de la société civile ivoirienne pour le suivi citoyen de l’APEI en côte d’Ivoire » après un ralentissement lié à la crise sanitaire à coronavirus.

Le présent atelier, a-t-il expliqué, vise à permettre aux auteurs de la société civile ivoirienne de s’approprier, dans le cadre de l’APEI, les fondamentaux du contrôle citoyen de l’action publique, du plaidoyer et des outils de collecte des données avec le concours des partenaires.

« L’enjeu étant de formuler des recommandations dans l’optique de provoquer des changements qualitatifs dans le quotidien des populations », a soutenu le président de la CSCI.

Trois modules essentiels vont meubler le déroulement dudit atelier. Il s’agit d’abord des politiques commerciales, des accords commerciaux et des questions liées à l’APEI. Ensuite, l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour défendre un certain nombre de positions. Et enfin, le suivi évaluation du projet APEI.

Le principal formateur de l’atelier, Laurent Levard du GRET, a assuré que les participants bénéficieront d’acquis leurs permettant de mettre en œuvre dès maintenant un suivi plus efficient de la stratégie nationale APEI, et surtout faire un plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour présenter les avantages et les risques auxquels sont exposées les secteurs vulnérables afin qu’ils soient pris en compte dans la stratégie nationale.