- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Gabon/Covid 19: la rentrée scolaire 2020-2021 maintenue au 9 novembre prochain

Libreville, 16 Octobre (AGP) – Le gouvernement gabonais a confirmé, par l’entremise du ministre de l’Education nationale, Pr. Patrick Mouguiama Daouda, le maintien du calendrier scolaire de l’année académique 2020-2021 qui prévoit la rentrée administrative pour le 26 octobre prochain, tandis que la rentrée des classes interviendra le 9 novembre de la même année

Au cours de la conférence de presse du Gouvernement gabonais de ce vendredi 16 octobre Libreville, sur la phase 2 d’allègement des mesures restrictives liées à la pandémie du Covid-19, le ministre de l’Education nationale, Pr Patrick Mouguiama Daouda a indiqué qu’en dépit de la pandémie du coronavirus, le calendrier scolaire de l’année académique 2020-2021 prévoit la rentrée administrative pour le 26 octobre, tandis que la rentrée des classes interviendra le 9 novembre 2020.

La décision du gouvernement gabonais, motivée par la baisse du taux de contamination nationale à la Covid-19, vient définitivement clore le débat autour de la question. Elle vient surtout rassurer les nombreux parents qui étaient jusqu’ici dans l’incertitude.

Ce contexte pandémique, selon le ministre de l’Education nationale, oblige les autorités à préconiser des mesures de sécurisation sanitaire. Notamment pour ce qui concerne les effectifs pléthoriques dans les salles de classe qui sont contre-indiqués en temps ordinaire, mais plus encore en temps de coronavirus.

Pour résoudre ce défi, Patrick Mouguiama Daouda a affirmé au cours de cette conférence, que le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a donné des instructions au Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, pour que «les questions liées aux infrastructures scolaires soient résolues, de sorte que les enfants apprennent dans de meilleures conditions», a-t-il dit.

Avant d’ajouter que: «Nous essayons de voir les différentes stratégies qui devraient être mises en place pour résoudre la problématique des effectifs pléthoriques dans les établissements».