- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Le nouveau quinquennat du président Ouattara devrait être consacré au renforcement des actions en faveur des femmes et des jeunes, estime-t-on à Odienné

Odienné, 26 nov 2020 (AIP)- Des leaders des femmes et des jeunes d’Odienné souhaitent un renforcement des actions du gouvernement pour ces deux franges de la population durant le nouveau mandat du président Alassane Ouattara.

« Ce mandat, qu’il le sacrifie aux femmes. Et après les femmes, nos enfants », a exprimé, jeudi 26 novembre 2020, la présidente de la coordination des organisations féminines du Denguélé, Mme Barry née fanny Mariam,.

Tout en reconnaissant les nombreuses initiatives déployées en faveur de l’autonomisation de la femme, lors de la décennie écoulée, elle souhaite cependant un renforcement de l’appui à la gente notamment pour les mères en milieux populaires qui de par leurs petites activités constituent le socle de familles.

Pour Mme Barry les femmes, pour les cinq ans à venir doivent, ainsi, bénéficier d’un meilleur encadrement et d’un plus grand accès à des financements pour le développement de leurs activités commerciales ou agricoles, pour celles en milieu rural. Elle a aussi plaidé pour une attention particulière à la question de l’emploi des jeunes.

Tout comme Souleymane Cissé, vice-président de la jeunesse communale, qui souhaite de tous ses vœux voir concrétiser la promesse de campagne du Président Ouattara de se pencher davantage sur les questions relevant de la jeunesse. En ce qui concerne notamment sa formation, son encadrement et son insertion socio-professionnelle.

Pour lui, il s’agit de renforcer les es structures d’encadrement, de formation et d’aide à l’insertion socio-professionnelle des jeunes, tant dans le privé que le public. Egalement de mettre des fonds à disposition des nombreux jeunes qui aujourd’hui exercent dans l’informel afin de leur permettre de développer leurs différentes activités.

Spécifiquement pour Odienné, le président de la jeunesse communale a souhaité voir sortir de terre au cours des cinq ans à venir le projet de construction d’une université. De même que la réalisation d’unité de transformation d’anacarde et de riz. Ce qui permettrait de résoudre en partie le problème du chômage des jeunes, dans les régions du Kabadougou et du Folon.

Souleymane Cissé n’occulte cependant pas la nécessité d’un retour à la paix. Un préalable selon lui pour la conduite de tout projet de développement, avec au cœur des priorités la jeunesse.

Il a ainsi salué l’amorce de dialogue entre le président de la République et l’opposition après son élection. « Je crois qu’il faut continuer ces efforts de paix. Toujours privilégier le dialogue et l’intérêt communautaire et non les intérêts individuels », a-t-il signifié.

Le président de la jeunesse communale d’Odienné a appelé ses pairs sur toute l’étendue du territoire à privilégier, à l’avenir, le « discernement », face aux risques de manipulations qui engendrent des violences dont les jeunes générations sont les premières victimes.