- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

VERS UNE RÉPARTITION ‘’INTELLIGENTE ET ÉQUITABLE’’ DES INFRASTRUCTURES ET ÉQUIPEMENTS DANS LE PAYS

Saint-Louis, 8 déc (APS) – Le directeur général de l’Agence nationale de l’aménagement du territoire (ANAT), Mamadou Djigo, a présenté, mardi, à Saint-Louis (nord), un plan de développement des territoires qui permettra au Sénégal, dans les quinze prochaines années, de ‘’répartir de façon intelligente et équitable les infrastructures, les équipements et les services’’.

Il s’agit du Plan national de l’aménagement et du développement territorial (PNADT), qui a été élaboré, selon M. Djigo, à la suite du Plan Sénégal émergent et de l’Acte 3 de la décentralisation, la réforme des collectivités territoriales entrée en vigueur en 2014.

En présentant le PNADT à des acteurs du développement territorial de la région de Saint-Louis, le directeur général de l’ANAT a dit qu’il va servir à la ‘’recomposition des territoires’’.

Le Plan national de l’aménagement et du développement territorial va également faciliter la ‘’valorisation durable des ressources et potentialités’’, selon Mamadou Djigo.

Avec le PNADT, l’Etat va corriger ‘’les déséquilibres territoriaux importants’’ qui existent entre Dakar et les autres régions, ‘’entre l’ouest et l’est du pays’’ également, a-t-il ajouté.

M. Djigo a signalé ‘’une faible valorisation des ressources et potentialités des territoires’’, une ‘’faible capacité d’intervention des collectivités territoriales’’, et un ‘’déficit d’intégration de certaines parties du territoire national’’.

Le PNADT va résoudre ces problèmes et ‘’assurer une bonne structuration du territoire’’, avec ‘’un réseau adéquat d’infrastructures et d’équipements’’, selon le directeur général de l’ANAT.

Le Plan national de l’aménagement et du développement territorial ‘’va promouvoir des pôles de développement, par une valorisation durable et cohérente des ressources et potentialités des territoires’’, a-t-il assuré.

Avec cet outil, l’ANAT veut ‘’assurer l’équité territoriale dans l’accès aux services publics, une bonne cohérence territoriale et un renforcement de l’intégration du Sénégal avec la sous-région et le monde’’.