- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

DES EXPERTS GENETICIENS DE L’OAPI SE FORMENT SUR LA THEMATIQUE

Lomé, 19 jan. (ATOP) – Une vingtaine d’experts généticiens des Etats de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) prennent part, du 18 au 22 janvier à Lomé, à un séminaire régional de formation sur « l’examen technique de Distinctivité, homogénéité et stabilité (DHS) des nouvelles variétés végétales ».
Ce séminaire est organisé par l’OAPI dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de renforcement et de promotion du système de protection des obtentions végétales (PPOV). Il est financé par la commission de l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et Pacifique (OEACP).
Cette rencontre entend renforcer les capacités des obtenteurs et des centres de recherche agricole des Etats membres de l’OAPI sur l’examen technique de DHS des nouvelles variétés végétales. Elle permettra de leur assurer une meilleure protection en termes de droit de propriété et une compétitivité plus efficace sur les marchés.
En effet, le PPOV entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique 2018-2022 de l’OAPI. Il participe à la concrétisation de deux axes majeurs, notamment la promotion de l’utilisation stratégique de la propriété intellectuelle pour le développement des Etats membres et le renforcement des capacités des ressources humaines, en matière de propriété intellectuelle. L’enjeu est de stimuler la production agricole, d’assurer la sécurité alimentaire et de promouvoir le développement durable.
Au cours des travaux, ces experts généticiens des dix-sept pays de l’OAPI suivront des communications, entre autres, sur « Le PPOV et le bien-fondé de son développement en Afrique ; le Système de protection en matière d’obtentions végétales et sur le rôle du COV dans le développement de l’agriculture ». Le séminaire sera également meublé de présentations des travaux menés dans les centres de recherche en matière d’examen technique de DHS et de débats autour des thématiques telles que « La constitution et gestion d’une collection de référence et la sélection des variétés à mettre en comparaison ». Les participants plancheront aussi sur des cas pratiques de mise en place d’une étude DHS et d’élaboration d’une fiche descriptive pour une espèce dans la zone OAPI.
Une table ronde entre experts sur « Quelles approches pour une harmonisation des examens DHS dans l’espace OAPI ?», est également prévue dans l’agenda de cette rencontre régionale.
Ouvrant les travaux, le secrétaire général du ministère en charge du Commerce et de l’Industrie, Abé Talime a indiqué que les pays d’Afrique sont généralement confrontés à des défis liés à la santé, l’agriculture et bien d’autres secteurs. « Face à ces défis, la propriété intellectuelle entend jouer sa partition dans la recherche des solutions y afférentes. En effet, de la mise en œuvre du PPOV, les Etats de l’OAPI attendent, entre autres, le renforcement des capacités des acteurs techniques impliqués dans le développement agricole, afin de garantir une plus grande disponibilité de variétés performantes, résistantes et qui répondent aux besoins des agriculteurs dont celui d’obtention des meilleurs rendements », a-t-il précisé.
Pour le représentant du directeur général de l’OAPI, M. Guy Francis Boussafou, directeur des brevets et autres créations techniques, l’utilisation stratégique et l’exploitation des droits de propriété intellectuelle peuvent contribuer significativement au développement des économies des pays. « La protection des variétés végétales ne doit être perçue comme une contrainte, mais comme un atout majeur de la production agricole diversifiée dans l’intérêt de nos populations », a ajouté M. Boussafou.