- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

LES COMITES LOCAUX DE LUTTE CONTRE L’EXTREMISME VIOLENT FORMES ET INSTALLES

Bassar, 11 fév. (ATOP) – Les Comités Locaux de Prévention et de Lutte contre l’Extrémisme Violent (CPLEV) dans la préfecture de Bassar ont été formés et installés du 8 au 10 février à Bassar. Il s’est agi, notamment du comité préfectoral composé de 17 membres dirigé par le préfet de la localité, Bonfo Faré Jean et des comités cantonaux de 14 membres présidés chacun par un maire. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Gal. Yark Damehame.
Ces comités installés sont des démembrements du Comité Interministériel de Prévention et de Lutte contre l’Extrémisme Violent, (CIPLEV) créé par décret No 2019- 076/ PR du 15 mars 2019. C’est un mécanisme visant à renforcer la collaboration avec la population et marquer la présence de l’Etat dans les zones affectées ou à risque. Le CIPLEV est créé auprès du ministère chargé de la Sécurité et se compose des membres issus de plusieurs autres ministères, des représentants des confessions religieuses, de la chefferie traditionnelle, et de la société civile.
Le CIPLEV a pour missions principales d’éradiquer ou réduire sensiblement la propagation de l’extrémisme violent sur l’ensemble du territoire national et particulièrement dans les zones affectées ou à risque en donnant aux communautés de base les outils ou le soutien dont elles ont besoin pour résister à ce fléau. Son but est de renforcer la coopération et la collaboration entre, les forces de défense et de sécurité et la société civile dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent. Il est à cet effet chargé de mettre en œuvre une approche de prévention et de lutte contre l’extrémisme aux côtés des forces de défense et de sécurité à travers, entre autres actions, le recueil et l’analyse des informations et des données sur les zones à risque ; l’évaluation des menaces et l’identification des zones affectées ou à risque.
Durant la formation, les membres des comités installés ont été suffisamment instruits sur notamment, l’évolution des menaces terroristes au Sahel et en Afrique de l’Ouest de 2012 à 2019. Ils ont réfléchi en groupe sur les vulnérabilités dans leurs diverses localités ; apporter des approches de solution et fait des recommandations pouvant les aider à mener à bien la mission qui leur est assignée.
Il s’agit, entre autres, de la création d’emplois aux jeunes ; la mise à disposition des populations des services de première nécessité; la représentation de l’Etat dans plusieurs localités défavorisées  et la création des centres de loisir. Cette formation a été assurée par une délégation du CIPLEV conduite par M. Ahianyon Kokou Guy.
Ouvrant les travaux, le ministre de la Sécurité a transmis à la population de Bassar, le salut fraternel du chef de l’Etat. Gal. Yark a relevé l’importance de la création du CIPLEV et la mise en place de ses démembrements dans toutes les préfectures du pays. Ceci permet, a-t-il souligné, de mettre toute la population togolaise à l’abri de l’extrémisme violent afin que le pays soit en sécurité. Le ministre s’est basé sur plusieurs exemples de menaces terroristes et l’évolution des groupes terroristes dans plusieurs pays africains pour édifier davantage les participants sur les raisons de la création du CIPEV qui, pour lui, est une initiative d’anticipation contre l’extrémisme violent dans le pays. «  Nous devons œuvrer ensemble pour la sécurité et la paix dans le pays ; la sécurité doit être entretenue par tout le monde ; la discipline, l’unité au sein des forces de défense, de sécurité et le soutien de la population civile sont indispensables pour éviter l’extrémisme violent au Togo », a fait remarquer le ministre Yark. Il a exhorté chacun à jouer sa partition pour l’atteinte des objectifs assigné au CIPLEV et à ses démembrements dans les préfectures.
Le préfet de Bassar, Col. Bonfo Faré Jean a témoigné la gratitude de sa population au président de la République pour sa lutte permanente en vue d’assurer la sécurité et la paix à toute la population togolaise. Il a salué cette initiative qui vient renforcer la confiance entre toutes les couches sociales en vue d’une bonne collaboration pour prévenir efficacement les actes d’extrémisme violent dans le pays. Le représentant du pouvoir central a rassuré les plus hautes autorités du pays des dispositions qui seront prises localement pour la réussite de la mission du comité préfectoral et ceux cantonaux de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent dans sa localité