- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Le taux directeur de la Banque Centrale du Congo demeure à 18,5%

Kinshasa, 17 février 2021 (ACP)- Le Comité de Politique Monétaire (CPM) a décidé de maintenir inchangé le dispositif de sa politique monétaire, dont le taux directeur demeure à 18,5%, au cours de la première réunion ordinaire de l’année en cours tenue mardi sous la présidence du gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Déogratias Mutombo Mwana Nyembo.

Selon le gouverneur de la BCC, les coefficients de la réserve obligatoire appliqués sur les dépôts en devises à vue et à terme sont maintenus respectivement à 13,0% et 12,0%, et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 0,0%.

Il a estimé que l’évolution favorable de principaux indicateurs de la conjoncture ne devrait pas inciter à un relâchement de la discipline au niveau des pouvoirs publics, étant donné les risques persistent à savoir, la forte pression des dépenses publiques ; la faible attractivité des bons du trésor ainsi que la persistance des effets liés à la pandémie de Covid-19.

Pour le CPM, un assouplissement de la politique monétaire à travers une révision à la baisse du taux directeur, est envisageable au cours des prochains mois, consécutivement au niveau de l’inflation projetée. Il entend procéder aux opérations d’adjudication de refinancement à l’instar de ce qui est fait sur les devises et le bon BCC.

Sur le plan national, selon les dernières estimations réalisées à partir des données de production à fin septembre 2020, la croissance du PIB réel devrait se situer à 0,8% en 2020 suite au dynamisme de l’activité extractive et pour l’année en cours, elle devrait s’établir à 3,2%, note le CPM.

Au mois de janvier 2021, le CPM a fait savoir que les résultats de l’enquête du baromètre de conjoncture laissent apparaitre la consolidation d’optimisme affiché par les chefs d’entreprises, en ce qui concerne l’évolution de la conjoncture économique à court terme. A cet effet, poursuit le CPM, le solde d’opinions bruts s’est établi à +9,4% venant de +9,0% et 4,3% respectivement aux mois de décembre et novembre 2020.

A l’instar du solde global, la perception des chefs d’entreprises quant à l’évolution de l’activité est demeurée favorable dans toutes les branches d’activités.

Les prix intérieurs demeurés sous contrôle sur le marché des biens et services

Par ailleurs, le CPM a laissé entendre que sur le marché des biens et services, les prix intérieurs sont demeurés sous contrôle. Le taux d’inflation a connu une décélération en se situant à 0,367% au mois de janvier dernier contre 0,784% enregistré en décembre 2020.

En glissement annuel, le CPM a fait remarquer que le taux s’est établi à 15,704% alors qu’en annualisé, il atteindrait 4,881% face à l’objectif à moyen terme fixé à 7,0%. A la deuxième semaine du mois de février 2021, la variation hebdomadaire de l’indice national des prix à la consommation s’est chiffrée à 0,082%, portant l’inflation en glissement annuel à 16,515%. En 2021, l’inflation devrait se situer à 5,5%.

Le CPM indique aussi que le marché des changes a été caractérisé par la poursuite de la stabilité interne et externe du franc congolais. En effet, le taux de change au mois de janvier 2021 s’est situé à 1.979,0 CDF le dollar américain à l’indicatif et 2.016,3% CDF au parallèle.

Quant aux réserves de change, elles se sont établies à 692,94 millions d’USD à fin janvier dernier. Au niveau des finances publiques, le CPM a noté que la balance des opérations financières de l’Etat à fin janvier 2021 affiche un solde déficitaire de 29,4 milliards de CDF, résultant des recettes de l’ordre de 530,6 milliards de CDF et des dépenses de 560,1 milliards.
Il convient de relever qu’une quotité des ressources tirées des appuis budgétaires du FMI et de la BAD, soit 57,8 milliards de CDF, a permis de financer ce déficit de trésorerie ainsi que le remboursement des bons du trésor échus à hauteur de 28,a milliards de CDF dans un contexte d’émissions nettes négatives.