- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

SITUATION À LA PANA : DES LETTRES POUR ALERTER LES PRÉSIDENTS TSHISEKEDI ET SALL

Dakar, 23 fév (APS) – Le bureau du Collectif des employés de l’Agence panafricaine d’information (PANAPRESS) a indiqué mardi avoir envoyé une lettre à Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo (RDC) et de l’Union africaine (UA) ainsi qu’au chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, pour les informer de la situation que traverse ce média dont les employés sont en grève depuis trois mois.

Le collectif a entamé ce mardi 9 février son troisième mois de grève illimitée, en vue d’obtenir le paiement de 38 mois d’arriérés de salaire cumulés depuis 2013.

Dans un communiqué, les travailleurs déclarent avoir été payés pour la dernière fois il y a cinq mois.

Pour l’année 2020, ils affirment n’avoir perçu que les salaires de janvier et avril et des demi-salaires en mai, juin, juillet et août.

Face aux difficultés auxquelles se trouve confrontée la PANAPRESS, le bureau du Collectif des employés de la PANA déclare avoir « envoyé, par voie diplomatique une correspondance au Président de la République démocratique du Congo (RDC), Felix Tshisekedi, et Président en exercice de l’Union africaine (UA) ».

Une ampliation a été faite au ministre sénégalais des Affaires étrangères, Aïssata Tall Sall, ainsi qu’au président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mohamat.

« La lettre a été remise jeudi, 18 février 2021, à l’ambassade de la RDC à Dakar et les copies au ministère des Affaires étrangères et à la Représentation de l’UA à Dakar », précise le communiqué.

Le bureau du collectif signale en outre le dépôt, le même jour, au palais de la République, d’une lettre adressée au président de la République du Sénégal, Macky Sall.

« A l’ambassade de la RDC, au ministère sénégalais des Affaires étrangères et à la Représentation de l’UA à Dakar, on nous a assuré que les réactions des destinataires de ces correspondances ne devraient pas tarder », souligne le communiqué.

Le texte indique que l’objectif est de « les informer » de la « situation et des difficultés de la PANA qui risquent de faire disparaître cette agence qui est un patrimoine continental ».

Le Collectif menace de durcir sa lutte. « Pour la prochaine étape de notre grève, nous envisageons d’organiser des sit-in devant le siège de la PANA et les représentations diplomatiques des pays contributeurs au budget de fonctionnement de l’agence. Ces manifestations regrouperont les employés et leurs familles », selon le communiqué.

La PANAPRESS traverse depuis 2003 une crise financière à l’origine notamment d’un paiement irrégulier des salaires des agents.

L’Agence panafricaine d’information, dont le siège est à Dakar, était un vieux projet de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), qui a officiellement vu le jour le 25 mai 1983, jour de la diffusion de ses premières dépêches.

Elle a notamment pour mission de servir de source d’information à la presse africaine et de fournir au monde entier des informations fiables, crédibles et positives sur l’Afrique collectées, écrites et diffusées par des Africains.