- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

La Comorienne Imany dévoile à Mawazine les titres de son nouvel album, attendu pour septembre

Par Amal Tazi

Rabat, 26/05/2016 (MAP), Chose promise, chose due. La chanteuse comorienne Imany a saisi son passage mercredi soir à Mawazine pour dévoiler les titres de son nouvel album « The wrong kind of war » (guerre de mauvais genre) dont la sortie est prévue en septembre prochain.

Dans une ambiance chaleureuse et électrique qui rappelle celle de son premier concert il y a quatre ans au Festival Mawazine-Rythmes du monde, la chanteuse qui n’a pas hésité, en clou du spectacle, à descendre de la scène du Théâtre national Mohammed V à Rabat pour rejoindre son public tout aussi interactif, a encore une fois réussi à conquérir le coeur des spectateurs avec sa voix douce et groove, et « tester sur eux », pour reprendre ses termes, les nouveautés de son deuxième album qui se veut « plus mature » et « plus ouvert sur le monde ».

Aux côtés des morceaux de son précédent opus « The Shape Of Broken Heart » de 2011, à l’instar de « You Will Never Know », « Slow Down » et « Take care of the one you love », repris en chœur par un public enchanté, Imany a interprété plusieurs chansons de ce nouvel album composé d’une douzaine de tubes et toujours fidèle à l’univers de pop/folk dans lequel elle se trouve.

On y trouve notamment une chanson en hommage au héros de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud Nelson Mandela sous le titre « There Were Tears », un hymne pour « la solidarité incitant à se tenir debout, à résister et à ne pas se laisser abattre par les injustices ».

Dans un autre morceau (« Try Again »), bande originale d’un film, la chanteuse se penche sur la thématique de la femme et l’acceptation de soi.

« C’est vraiment un album plus tourné vers l’extérieur, portant sur l’émancipation, la liberté et l’observation du monde, avec parfois un cri de joie, parfois un cri de rage voire d’exaspération. C’est une vie que je raconte sur les cinq dernières années », a-t-elle confié à la MAP, avant le concert.

« J’ai du mal à définir mon style musical mais je prends mes racines dans la pop/folk parce que c’est un genre qui me parle bien », a ajouté la musicienne qui a débuté sa carrière en tant que mannequin.

Ses influences, a-t-elle relevé, sont « grandes », allant de Tracy Chapman à Ben Harper et Nirvana.

« C’est le top 50 des années 80-90, ma génération », a expliqué Imany qui se dit aussi influencée par les événements de la vie, les faits divers, les événements dans la rue, la vie de ses proches ou encore sa vie privée.

« Je plonge ma plume un peu dans tout », a-t-elle conclu en substance.

Dans une conférence de presse avant le concert, Imany avait avoué avoir pris du retard avant de concrétiser ce projet qui a dû être interrompu en raison du temps qu’a pris sa tournée (3 ans), mais aussi pour des considérations de santé. La chanteuse qui découvre les joies de la maternité avait besoin de se reposer, mais surtout de prendre le temps pour faire un album qu’elle puisse assumer, sans pour autant s’éloigner de l’univers de pop/folk qui reste son terrain de prédilection.

Si jusqu’ici elle a résisté à la vague RnB, c’est par peur que son image d’ancien mannequin n’éclipse son talent de musicienne.

Imany apparaît sur le devant de la scène en 2010, avec un E.P acoustic suivi de son 1er album The Shape Of Broken Heart (2011). Cette chanteuse au style pop/folk dont les influences sont à chercher du côté de Tracy Chapman ou Billie Holiday, ne tarde pas à rencontrer un succès international. Certifiée Platine dans plusieurs pays, elle est plébiscitée jusqu’en Inde et au Japon.

Elle a offert à son public pas moins de 400 moments de pure magie sur scène. Son timbre de voix, sa coiffe de tissu et son univers visuel l’imposent comme une artiste à la fois glamour, authentique et grand public. En 2015, Imany est retournée en studio pour composer de nouveaux titres et enregistrer son 2e album dont la sortie est prévue courant 2016.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 15ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du monde (20-28 mai), invite au partage et à la convivialité entre les cultures en réunissant des artistes venus des 4 coins du monde, dont des stars mondiales et des grands noms de la musique arabe, mais aussi des figures du répertoire marocain et des jeunes talents de la scène nationale.

PS.

TI

MY