ACP La RDC renouvelle les engagements de la Charte des Nations Unies ACP Sept nouveaux cas confirmés d’Ebola dont un agent de santé notifiés vendredi au Nord-Kivu et en Ituri ACP Des éclaircissements sur la nécessité de l’introduction du 2ème vaccin contre le virus Ebola en RDC ANGOP Report du jugement de  »Zeno » dos Santos ANGOP La Commission mixte Angola/Rwanda se réunira fin 2019 ANGOP Chef de l’Etat angolais en route pour New York Map Communiqué du Cabinet royal GNA MTN begins construction of 600-bed girls’ dormitory for TAMASCO GNA Parts of Tumu–Bolga trunk road washed away by flood

APPUI AUX FEMMES ENTREPRENEURES AFRICAINES : LE PROJET « PLATEFORME 50 MILLIONS DE FEMMES AFRICAINES ONT LA PAROLE » LANCE


  21 Janvier      71        LeaderShip Feminin (181),

   

 

Lomé, le 21 jan. (ATOP) – Le projet « Plateforme 50 millions de femmes africaines ont la parole » a été lancé le vendredi 18 janvier à Lomé.

La cérémonie de lancement a été présidée par la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Tchabinandi Kolani Yentcharé. C’était en présence du représentant permanent du président de la Commission de la CEDEAO au Togo, Garba Lompo et d’autres personnalités.

Placé sous le thème « Les TICS au service de l’autonomisation des femmes en Afrique de l’Ouest », ce projet est une initiative de la Banque Ouest Africaine de Développement (BAD) en partenariat avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Marché Commun en Afrique Orientale et Australe (COMESA) et la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC). Il concerne en premier lieu les femmes entrepreneures du continent, les institutions financières et bancaires nationales, sous régionales et internationales, les organisations professionnelles, les plateformes et institutions spécialisées, les instituts de sondage, les universités et les structures de télécommunication.

Le projet « Plateforme 50 millions de femmes africaines ont la parole » prévoit la création à l’usage des femmes entrepreneures d’une plateforme virtuelle de réseautage dynamique qui les reliera les unes aux autres, de manière à favoriser l’apprentissage entre pairs, l’encadrement et le partage d’informations et de connaissances au sein de la communauté. Il servira également de cadre d’accès au financement de leurs affaires et aux opportunités commerciales non seulement entre les zones urbaines et rurales, mais aussi transfrontalières et transnationales. L’équipe pays responsable de la gestion dudit projet sera composée de représentants des ministères en charge des questions liées au genre, des Techniques de l’Information et de la Communication (TIC), de l’économie, du commerce et du secteur privé. Ceux-ci ont pour mission la collecte et la mise à disposition des informations, des statistiques et des données économiques, commerciales et financières liées à l’entreprenariat et aux femmes entrepreneures. Il leur revient aussi d’apporter leur appui à la sensibilisation et à la publicité, et de faire un plaidoyer auprès des principales cibles. Ils sont en outre chargés d’apporter leur appui à l’animation et à la mise à jour du contenu de la plateforme.

La ministre Kolani Yentcharé a déploré le sort des femmes entrepreneures d’Afrique qui, bien que détenant 70% des Petites et Moyennes Entreprises (PME) ne bénéficient pas ou pas suffisamment des services qu’offrent les institutions financières, entrainant un déficit de financement de 20 milliards de dollars US. Parlant du Togo, elle a indiqué que l’activité commerciale est tenue à 90% par les femmes dont la plupart sont dans l’informel, faute d’immatriculation de leurs entreprises. L’intervenante a salué le lancement de ce projet qui comblera l’attente des entrepreneures togolaises.

M. Lompo a quant à lui exhorté les préposés à faire du Togo à travers cette plateforme une destination attractive. Pour lui, cette plateforme constitue une référence en matière d’entrepreneuriat des femmes et du cyber business.

Dans la même catégorie