GNA Ministry lauds NGOs for their role in curbing illegal mining in Ghana GNA UN Refugee Chief calls for solidarity in response GNA Stakeholders sensitised on referendum on local governance ABP Le CEG d’Athiémé abrite le lancement départemental de l’examen du baccalauréat dans le Mono ABP Lydie Déré Chabi Nah lance la phase écrite du Bac à Natitingou ABP 1.059 candidats affrontent les épreuves écrites du Bac session de juin 2019 au centre du CEG1-Savè AGP Coupe nationale de Guinée : 9e trophée pour Horoya face au CIK MAP Mali : une mission conjointe ONU-UE attendue à Bamako AGP Guinée-Santé : ‘’ Plus de 300 cas de violences sexuelles enregistrés de janvier à juin 2019 et 90% des victimes ont moins de 10 ans ». Dixit Pr. Hassane Bah AGP Gaoual- : Travaux de traitement des points noirs sur la nationale Gaoual-Boké

14è conférence parlementaire afro-arabe à Abidjan : Les parlementaires possèdent une partie des solutions pour faire face aux dilemmes préoccupants (parlementaire marocain)


  4 Mai      14        Leadership Africain (801),

   

Rabat, 04/05/2016 (MAP)- L’institution parlementaire arabo- africaine possède une partie des solutions et des moyens pour faire face aux dilemmes fort préoccupants, comme le terrorisme, ce phénomène cancérigène qui attaque le corps arabe et le corps africain, a souligné mercredi à Abidjan, le vice- président de la Chambre des Représentants, Chafik Rachadi.

M. Rachadi qui prenait part aux travaux de la 14è conférence parlementaire afro-arabe, a passé en revue une série de défis à relever, tels que les turbulences politiques, les conflits armés, l’extrémisme, le crime organisé, le trafic illicite d’armes et de drogues, les épidémies mortelles, la migration, et la traite de personnes, qui sont des fléaux inscrits à l’ordre du jour de la communauté internationale.

M. Rachadi qui représentait à cette conférence, M. Rachid Talbi Alami, président de la chambre des représentants et également président de l’Union Parlementaire Africaine (UPA), a tenu à rappeler les relations dialectiques entre les questions de paix, de sécurité, de stabilité et de développement.

‘’Chaque fois que la sécurité s’absente, la paix la suit et par conséquent, il est prévisible que le développement s’absente, que les capitaux fuient, que les ressources humaines se perdent, que les différentes réformes échouent et que les moyens d’une vie décente s’amoindrissent, ouvrant ainsi la porte aux dangers et aux phénomènes criminels et terroristes’’, a-t-il déploré.L

Les parlementaires arabes et africains constituent une force de proposition et possèdent le pouvoir législatif et de contrôle, à même d’orienter les politiques publiques et de les recentrer sur les priorités les plus primordiales capables d’assimiler les transformations et les changements récents que connait la réalité arabo-africaine, a-t-il dit.

« Si nous étions capables, dans le monde arabe et africain, d’élaborer des stratégies de développement conjointes, d’éviter de dilapider nos efforts et d’unifier nos visions, efforts, initiatives et cadres de travail institutionnels, et si nous pouvions également reconstruire nos relations arabo- africaines, en interaction avec les institutions internationales concernées, nous pourrions réussir à créer l’environnement requis pour le développement durable et le renforcement des moyens d’instaurer la paix, la sécurité, la stabilité et d’accorder l’attention au bien-être et la prospérité de nos peuples’’, a-t-il ajouté.

L’horizon qui crée et nourrit la sécurité ne peut exister sans l’édification et le renforcement d’un Etat national, d’abord en édifiant de vraies institutions démocratiques puis, en adoptant des réformes constitutionnelles, politiques, économiques, sociales et culturelles continues, a-t-il poursuivi, soulignant la nécessité de déployer plus d’efforts, et de tirer des leçons de la réalité arabo- africaine avec ses évolutions et nouveautés.

Evoquant cette 14è conférence parlementaire afro- arabe, M. Rachadi a fait savoir qu’elle devrait contribuer au développement de l’action commune et au renforcement du dialogue arabo- africain sur les mécanismes de coopération, de consolidation des contacts et de coordination des efforts arabo- africains dans les foras internationaux.
Et de faire observer que le cadre d’échange arabo- africain qu’offre cette conférence n’est pas le fruit du hasard dans la mesure où, les relations entre l’Afrique et le monde arabe ne sont pas nées d’hier, et qu’elles se fondent sur des liens historiques, géographiques, civilisationnels, culturels et militants, en particulier lors des luttes communes contre l’expansion coloniale étrangère.

Sur un autre registre, M. Rachadi a mis en avant l’importance que revêtent à la fois l’appartenance africaine et le référentiel arabe pour le Maroc, rappelant que la Constitution du Royaume met en exergue les affluents africain et arabe, parmi d’autres composantes, qui ont enrichi l’identité marocaine et forgé la personnalité des Marocains sur les plans intellectuel, civilisationnel, culturel et social.

Placé sous le thème « le développement des échanges entre les pays arabes et africains en vue de promouvoir la paix et le développement durable’’, la conférence d’Abidjan connait la participation de délégations parlementaires de plusieurs pays africains et arabes, dont le Maroc.

Les assises d’Abidjan se tiennent conformément aux conclusions de la 13è conférence parlementaire afro-arabe tenue en juin 2013 à Rabat, au cours de laquelle, la Côte d’Ivoire avait été retenue pour l’organisation de ce conclave qui réunit deux grandes organisations interparlementaires à savoir : l’Union Parlementaire Africaine (UPA) et l’Union Interparlementaire Arabe (UIPA).

Dans la même catégorie