GNA PNC poised to giving Ghana a new look GNA Media have a crucial role in election 2020 – GJA President AGP Gabon: L’Institut Français du Gabon rouvre ses portes au public AGP Gabon/Justice: Les séminaristes édifiés sur le nouveau Code civil gabonais APS CANCERS DU COL DE L’UTÉRUS ET DU SEIN : 90% DES FILLES VACCINÉES À KAFFRINE APS HUIT NOUVEAUX CAS DE COVID-19 AGP Gabon: Délibération du BEPC et CEP à partir de ce dimanche 25 octobre AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19: Don d’une Fondation à des structures du ministère en charge de la Santé AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020: Des postes téléviseurs et décodeurs offerts aux chefs de village du secteur Sud de Niakara AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020: Reprise des activités économiques à M’Bahiakro suite au couvre-feu

35ème JOURNEE MONDIALE DE L’HABITAT : « UN LOGEMENT POUR TOUS », UNE PREOCCUPATION DU GOUVERNEMENT


  5 Octobre      14        Société (24151),

   

Lomé, 5 oct. (ATOP) – Le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Réforme foncière, Me Koffi Tsolényanu a livré un message le dimanche 4 octobre à Lomé, la veille de la célébration de la 35ème journée mondiale de l’Habitat, placée sous le thème : « Un logement pour tous : amélioration de l’environnement urbain ».

Dans son message, le ministre a indiqué que le thème de cette année traite de l’accessibilité de tous à un logement décent dans la mise en œuvre des politiques urbaines qui doivent viser les quatre fonctions essentielles de la ville à savoir : habiter, travailler, se déplacer et se récréer. Selon lui, ce thème s’accorde bien avec le Nouvel agenda urbain (NAU) prôné par l’ONU-Habitat en visant, l’atteinte de la cible 11 des Objectif pour le développement durable (ODD) : « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ».

Pour le ministre Tsolényanu, un logement inclusif, abordable et adapté est une clé vers une transformation durable des villes et communautés. Il a indiqué qu’au Togo, le droit de tous à disposer d’un « chez soi » pour vivre dans la sécurité, la paix et la dignité a été pris en compte par le Plan national de développement (PND) qui prévoit dans son axe 3, l’accès des populations à un meilleur cadre de vie et à des logements décents.

Le ministre a fait savoir que les actions du gouvernement se traduisent par la création du Fonds spécial pour le développement de l’Habitat (FSDH), l’adoption des lois réglementant les professions d’architecte, d’urbaniste, de géomètre, d’ingénieur et d’agents immobiliers. Ces actions, a-t-il poursuivi, s’expriment également par des investissements dans les domaines de l’énergie, de la promotion et la restauration des espaces verts urbains, de la gestion des déchets à travers le centre d’enfouissement du Togo à Aképé et l’Agence nationale de l’assainissement et de la salubrité publique (ANASAP) et la vulgarisation en cours de la loi portant code foncier et domanial.

Me Tsolényanu a souligné que dans le souci de donner une image de marque au pays en matière de logement, le chef de l’Etat promeut, avec l’appui du secteur privé, la construction d’au moins 20.000 logements répartis sur l’ensemble du territoire national, à l’horizon 2022. Il a dit, à cet effet, que plusieurs projets de construction sont des réalités, notamment les cités : Mokpokpo, des Anges, de la Renaissance et Well city.

Toujours dans cette optique, le ministre a rappelé les différentes initiatives du gouvernement, entre autres, « la dotation du Centre de la construction et de logement (CCL) de moyens de recherche et d’études sur les matériaux locaux de construction permettant d’améliorer l’habitat, ainsi que la réalisation à Lomé et à Kara, du Projet d’infrastructure et de développement urbain (PIDU) afin de renforcer les capacités des acteurs impliqués dans la planification et la gestion du développement urbain de sept villes du pays ».

Commémorée chaque premier lundi du mois d’octobre, cette journée permet d’inciter la communauté internationale à mener des réflexions sur l’Etat des villes et le droit fondamental de tous à un logement adéquat. Elle interpelle les acteurs de l’urbain, notamment les gouvernements, les municipalités et la société civile sur leurs responsabilités collectives face aux problèmes que connaissent les établissements humains.

C’est aussi l’occasion d’attirer l’attention des décideurs sur les préoccupations environnementales dans l’élaboration des règles d’occupation des espaces et de les appeler à des actions fortes en faveur des démunis qui ont aussi droit à un logement décent.

ATOP/AR/DHK

Dans la même catégorie