AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La majorité de membres du gouvernement en course pour les législatives 2021 GNA Shama district assembly takes steps to halt illegal clay mining GNA COVID-19 lockdown: Traders express mixed reactions GNA Shama district assembly takes steps to halt illegal clay mining GNA Rawlings is a champion of communal mobilisation GNA President Akufo-Addo advised to maintain competent MMDCEs GNA Regent University produces two Members of Parliament NAN Afreximbank disburses $250m to Nigerian company to acquire 45% ANP Niger : Lancement d’une plateforme digitale pour rendre accessible le service public APS CHAN 2020 : LA GUINÉE ET LE MALI, BONS REPRÉSENTANTS POUR LA ZONE OUEST

38 millions de personnes vivent avec le VIH, la Covid-19 cause une perturbation dans la riposte contre le VIH/Sida


  1 Décembre      8        Santé (8765),

   

Abidjan, 1er déc 2020 (AIP)- Près de 38 millions de personnes dans le monde vivent avec le VIH et la Covid-19 cause des perturbations dans la riposte contre la pandémie du VIH/Sida, a indiqué mardi 1er décembre 2020, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/Sida (Onusida).

38 millions de personnes vivent avec le VIH, dont 36,2 millions d’adultes et 1,8 million d’enfants (0-14 ans). 81% de toutes les personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut VIH. Environ 7,1 millions de personnes ne savaient pas qu’ils vivaient avec le VIH.

Le nouveau rapport mondial 2020 de l’Onusida lancé lundi 6 juillet, révèle que la pandémie de Covid-19 a lourdement perturbé la riposte contre le Sida et pourrait continuer sur sa lancée. Une interruption totale de six mois du traitement contre le VIH entraînerait plus de 500.000 morts supplémentaires en Afrique subsaharienne sur la période 2020-2021.

En 2019, les décès liés au sida ont été réduits de plus de 60 % depuis le pic de 2004. En effet, près de 690 000 personnes sont décédées de maladies liées au sida dans le monde, contre 1,7 millions en 2004 et 1,1 millions en 2010.

« Mettre fin à la pandémie de Covid-19 dès 2020 et celle de VIH comme enjeux de santé publique à l’horizon 2030 ne constitue pas deux combats, mais un seul et même combat. Le combat pour mettre fin aux inégalités et œuvrer pour le plein respect des droits humains de toutes et de tous », a souligné la présidente de l’Association nationale de soutien aux séropositifs et malades du Sida au Burundi, Jeanne Gapiya, lors des échanges par vidéoconférence initiés à la faveur de la 23e conférence de la société internationale sur le Sida.

Pour lutter contre les épidémies conjuguées du VIH et de la Covid-19, l’Onusida et ses partenaires mènent une campagne mondiale en faveur d’un vaccin universel contre la Covid-19.

L’appel a déjà reçu la signature de 150 responsables et spécialistes du monde entier et exige que tous les vaccins, traitements et tests soient libres de brevet, produits en masse et distribués gratuitement et équitablement à l’ensemble de la population, fait savoir le rapport.

L’Onusida presse également les pays à augmenter leurs investissements pour combattre ces deux maladies. Les investissements pour riposter au VIH ont chuté de 7 % entre 2017 et 2019 et représentent 18,6 milliards de dollars US. Ce qui signifie qu’il manque 30 % au budget de 26,2 milliards de dollars US nécessaire à une riposte efficace au VIH pour 2020, note-t-on.

Prenant part à ce panel, le ministre ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Aka Aouélé, a tiré la sonnette d’alarme en insistant sur le fait que le Sida n’est pas terminé en Côte d’Ivoire et qu’il faille accélérer la mise sous traitement des personnes vivant avec le VIH et intensifier la recherche des perdus de vue.

En Côte d’Ivoire, 460 000 personnes vivaient avec le VIH, en 2018. De ce nombre, 63 % des personnes vivant avec le VIH connaissaient leur statut, 55 % des personnes vivant avec le VIH suivaient un traitement et 41 % des personnes vivant avec le VIH ont vu leur charge virale supprimée, selon l’Onusida.

Le rapport révèle en outre que le monde a accumulé un grand retard dans la prévention de nouvelles infections au VIH. 1,7 million de personnes a contracté le virus, soit plus du triple de l’objectif mondial.

L’on constate des progrès en Afrique orientale et australe où les nouvelles infections au VIH ont reculé de 38 % depuis 2010. Ces chiffres contrastent dramatiquement avec ceux d’Europe de l’Est et d’Asie centrale où les nouvelles infections au VIH ont explosé de 72 % depuis 2010. Leur nombre a également bondi de 22 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et de 21 % en Amérique latine.

(AIP)

Dans la même catégorie