AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze MAP Rwanda : M. Aujjar rend hommage aux victimes du génocide de 1994 MAP CIEA à Dakar : appel pour la mise en place des conditions d’une stabilité politique, institutionnelle, et sécuritaire en Afrique AIP Côte d’Ivoire/ La FIRAPE s’implante dans le Worodougou AIP Côte d’Ivoire/ Une randonnée pédestre pour tonifier la santé des populations de Séguéla AIP Côte d’Ivoire/ Des travaux de déguerpissement des artères de N’Douci MAP Le Maroc, “vitrine” africaine dans la lutte contre le chômage

3ème anniversaire de la mort de Tabu Ley Rochereau


  29 Novembre      19        Musique (428),

   

Kinshasa, 29 nov. 2016 (ACP)- Le monde musical congolais commémore, le 30 novembre 2016, le 3ème anniversaire de la mort de l’artiste musicien Pascal Tabu Ley Rochereau, dit Seigneur Ley, décédé à l’hôpital Saint-Luc de Bruxelles.

Auteur compositeur et homme politique, il est né le 13 novembre 1940 à Bagata, dans la province du Kwilu.

Apres ses études à l’actuel Institut St Raphael, il est engagé comme secrétaire administratif au Fonds du Bien-être indigène puis, responsable administratif et financier à l’Athénée de Kalina (l’actuel Institut de la Gombe).

Il commence à composer dans les années 1950. En 1956, il participe à une séance d’enregistrement avec le musicien Joseph Kabasele « Grand Kallé ». C’est le début de sa carrière, en 1959, au sein de l’orchestre African Jazz auquel il propose des chansons qui ont fait tabac telle que « Kelya, Adios Tété et Bonbon sucré » qui le font connaître du public.

Il quitte l’African Jazz et rejoint l’orchestre Jazz Africain en novembre 1960, puis crée avec docteur Nico Kasanda wa Mikalayi l’orchestre African Fiesta en 1964.

En 1965 l’orchestre se disloque en deux ailes : African fiesta national de Rochereau et African Fiesta sukisa de docteur Nico.

Tabu Ley connait au cours de sa carrière un succès international avec des prestations à Montréal, à l’occasion de l’exposition universelle de 1967, à l’Olympia, en 1970, au Festival de Lagos, en 1977, et tant d’autres.

Rochereau a apporté beaucoup d’innovations dans la rumba congolaise, en adoptant la batterie, comme dans les groupes de musique pop ou du « Rhythm and blues » et en incorporant des danseuses appelées Rocherettes.

Il participe enssuite à la vie politique du pays tout en poursuivant ses activités artistiques. Il est nommé député à l’Assemblée consultative et législative de transition.

Tabu Ley se rapproche alors du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), en 2005 et devient vice-gouverneur de la ville de Kinshasa. ACP/Mat/May

Dans la même catégorie