ACP 89 nouveaux cas seulement de Covid-19 enregistrés à Kinshasa au cours de la journée de dimanche ACP Une meilleure coordination des interventions recommandée pour l’amélioration de la vaccination contre la Covid-19 en RDC ACP Le ministre de l’Agriculture représente la RDC au pré-sommet des Nations- Unies sur les systèmes alimentaires ACP L’augmentation de prix moyen frontière commercial à la base de la révision des prix des produits pétroliers ACP Mise en place d’un projet de financement des PME en RDC par l’ONG « Vision distinguée excellent » ACP Les confessions religieuses invitées à faire preuve de responsabilité dans le choix du président de la CENI ACP La CSC salue la nomination d’une femme syndicaliste à la tête de la CNSS ACP Une allocation de fin de carrière remise à 60 enseignants du primaire des écoles publiques de Kinshasa ACP Guy Loando sollicite l’implication des hommes de Dieu dans le développement de l’arrière pays ACP Jean-Michel Sama Lukunde attendu à Bunia pour l’évaluation de l’état de siège en Ituri

40.000 BÉNÉFICIAIRES DIRECTS ATTENDUS DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET ABEE (COODONNATEUR)


  21 Octobre      25        Agriculture (2232),

   

Dakar, 21 oct (APS) – Au total, 40.000 petits exploitants du Sénégal, du Burkina Faso et du Niger vont directement tirer profit des retombées du projet de Renforcement des réseaux et des capacités institutionnelles en amélioration des plantes pour le développement de culture résilientes répondant aux besoins des paysans d’Afrique de l’Ouest (ABEE), a indiqué mercredi à Dakar, Ousmane Ndoye, son coordonnateur.

’’Le projet ABEE bénéficiera directement à 40 000 petits exploitants agricoles dans les trois pays cibles, à savoir le Sénégal, le Burkina Faso et le Niger’’, a notamment assuré Dr Ndoye au moment de le présenter à une conférence de presse de la Délégation de l’Union européenne au Sénégal.

Il a souligné qu’il s’agit d’un projet financé par l’UE pour un montant estimé à 8 millions d’euros sur une durée de cinq ans dans ces trois pays du Sahel.

’’Il vise à mettre en œuvre une approche mieux coordonnée en sélection variétale dans ces pays, en plaçant des sélectionneurs de cinq spéculations cibles, à savoir l’arachide, le Niébé, le Sorgho, le fonio et le mil, provenant de ces pays au cœur de l’action pour améliorer, moderniser leurs pratiques de sélection et mieux identifier les demandes du marché’’, a expliqué M. Ndoye.

Il a insisté sur le fait que l’objectif poursuivi était de contribuer à l’augmentation durable de la productivité agricole et de la résilience des petits exploitants agricole face à la croissance démographique, à la vulnérabilité économique et au changement climatique.

’’L’échange d’informations et de matériel génétique entre les différents acteurs grâce à l’animation d’un réseau régional sera au cœur de ce projet’’, a-t-il fait savoir.

Dans cette perspective, ‘‘les agriculteurs et autres acteurs clés des chaines de valeur ciblées contribueront à la définition des types variétaux par le profilage des produits de sélection qui répondent le mieux aux besoins locaux à la demande du marché’’, a-t-il ajouté.

Le coordonnateur du projet a dans le même temps cité la digitalisation et la numérisation des programmes de sélection pour améliorer la qualité de la documentation et l’analyse de données ainsi que l’intégration des pratiques modernes telles que l’utilisations de marqueurs moléculaire pour compléter le sélection phénotype.

Dans le cadre de sa participation à la conférence de l’Alliance mondiale des Press Clubs pour le Climat et pour ‘’souligner la dynamique environnementale d’une région particulièrement vulnérable au changement climatique’’, la Délégation de l’UE à Dakar en collaboration avec le Club de la Presse du Sénégal a présenté, mercredi, deux projets visant à ’’augmenter la production agricole et la résilience des agriculteurs’’.

Il s’agit des projets ABEE (Renforcement des réseaux et des capacités institutionnelles en amélioration des plantes pour le développement de culture résilientes répondant aux besoins des paysans d’Afrique de l’Ouest) et CaSSECS (Carbon Sequestration and greenhouse gas emissions in (agro) Sylvopastoral Ecosystems in the Sahelian CILSS States).

La rencontre avait pour thème : ’’Quand les agriculteurs au Sahel s’adaptent au changement climatique’’.

Dans la même catégorie