ANG Estudo revela que desnutrição contribui para a morte de 45 % de crianças menores de cinco anos ANG “Património Cultural do país exige uma requalificação ambiciosa”, diz a Secretária de Estado do Turismo e Artesanato ANG Lisboa quer “o nível máximo” com Bissau GNA Maj Mahama- Police did not rely solely on the video-Witness GNA Special Educators admits to low knowledge on cerebral palsy GNA Administrators urged to end “we are working on it” syndrome AIB Eau, Energie et Economie : L’Allemagne soutient le Burkina Faso avec 26 milliard de FCFA AGP Arrestation de deux passagers pour détention de faux passeports AIB Burkina: Vers l’instauration  d’un système efficace de protection des personnes vulnérables ANGOP Un message du Président angolais remis à son homologue chinois

550 jeunes en formation pour la prévention de la radicalisation


Brazzaville, 17 sept 2016 (ACI) – La ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, Mme Destinée Ermela Doukaga a procédé le 16 septembre à Brazzaville, au lancement officiel des formations professionnalisantes de 120 jeunes aux petits métiers, et 400 jeunes à l’entreprenariat, dans le cadre du projet de prévention de radicalisation des jeunes en République du Congo.

Ce projet, lancé par le ministère de la jeunesse et de l’éducation civique du Congo, le gouvernement japonais, qui l’assure grâce au budget supplémentaire de ce pays de 2015, d’un montant total de 1.000.000 de dollars américain, soit 500.000.000 FCFA et le Programme des Nations Unies au Développement (PNUD), pour consolider la paix et la démocratie participative en République du Congo, a pour but de réaliser deux activités auprès des chômeurs dans deux volets, à savoir le soutien économique aux jeunes et la gouvernance, ainsi que la citoyenneté, sur appui du PNUD.

Pour ce projet, la cité Don Bosco, une école professionnelle catholique, formera 120 jeunes aux métiers de la mécanique automobile, l’électricité bâtiment, la menuiserie-bois, le tournage et la soudure. Par contre, le Forum des Jeunes Entreprises formera 400 jeunes à l’entreprenariat, pour leur donner les moyens de mettre en œuvre, leur projet d’entreprise. A côté de ces centres majeurs, souligne-t-on, des centres secondaires ont la charge de former aux métiers d’entreprise, 30 filles en situation vulnérables.

Dans son discours, la ministre de la jeunesse, a déclaré que le lancement de cette formation est à l’intersection de deux grands enjeux, notamment économique et social. «Un enjeu économique, puisqu’il s’agit, d’étayer la vocation centrale du Congo, en développement les compétences nécessaires à une plateforme d’échange. Un enjeu social, en contribuant à un haut niveau d’emploi et à un partage équitable des fruits de la croissance», a-t-elle renchéri.

Pour sa part, la deuxième secrétaire de l’ambassade du Japon, en République Démocratique du Congo (RDC) et de la République du Congo, Mme Kumiko Kobayashi, a rappelé qu’au niveau du développement durable de l’Afrique, le gouvernement du Japon et le PNUD mettent l’accent sur la promotion de la stabilité sociale pour une prospérité partagée, à savoir, la stabilité sociale et la consolidation de la paix, la lutte contre le terrorisme et l’extrémiste violent, les enjeux planétaires, les défis et la sécurité maritime.

Le gouvernement du Japon, a-t-elle fait savoir, fournit son Aide Publique au Développement (APD), en assurant à tous, une vie digne, tout en mettant l’accent sur l’aspect de la sécurité humaine. «La formation des ressources humaines est un élément indispensable pour lutter contre une véritable menace à la sécurité humaine et qui assure un développement durable dans le pays», a-t-elle poursuivi.

Intervenant à cette occasion, le coordonnateur du système des Nations Unies, représentant résident au Congo du PNUD, M. Anthony Ohemeng-Boamah, a notifié que ce projet se veut être une réponse adaptée pour aider la jeunesse congolaise à se détourner de la violence pour devenir des citoyens respectueux des valeurs républicaines de démocratie et de citoyenneté.

Pour assurer l’éducation et la sensibilisation des jeunes, a-t-on appris, plusieurs ONG ont été recrutés. A cet effet, des actions de sensibilisation sur le terrain ont commencé début septembre, afin de favoriser le dynamisme des jeunes, les transformer et leur permettre d’intégrer des valeurs du vivre ensemble et de la cohésion sociale.

Dans la même catégorie