MAP SM le Roi préside la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe PSA au Maroc, une nouvelle illustration de l’excellence du « Made in Morocco » INFORPRESS INSP garante que a mortalidade infantil no período neonatal não é alarmante mas sim um desafio – INSP INFORPRESS Jorge Santos considera que o Tribunal de Justiça da CEDEAO é um instrumento privilegiado para proteger os cidadãos INFORPRESS Ministro do Turismo defende trabalho articulado entre Governo e privados para que cruzeiristas gastem mais no país ANP Mécanisme d’évacuation d’urgence des réfugiés : plus de 1300 évacués de la Libye au Niger réinstallés (HCR) AIB Les archivistes, les documentalistes et les bibliothécaires dénoncent les difficiles conditions de travail AIB Le président du Faso Roch Kaboré « ne semble pas comprendre que la réconciliation nationale est la seule voie de salut pour le Burkina Faso » (Yacouba Isaac) AIB Burkina : Le président Kaboré reçoit un rapport sur la libre circulation des personnes et des biens ACI CONGO: NÉCESSITE POUR LES ETATS D’HARMONISER LES POLITIQUES POUR FAIRE RÉGNER LA SÉCURITÉ ACI CONGO: CÉLÉBRATION DU 25EME ANNIVERSAIRE DU PARTENARIAT POUR LA CONSERVATION DU PARC NOUABALE-NDOKI

60 millions € de la BAD pour appuyer un Programme de développement communautaire au Sénégal


  1 Octobre      64        Economie (23980), Finance (3780),

   

Abidjan, 01/10/2018 (MAP) – La Banque africaine de développement (BAD) va aider le Sénégal, via un prêt de 60 millions d’euros, à poursuivre son Programme d’urgence de développement communautaire, destiné à promouvoir le secteur agricole en milieu rural et à offrir aux populations des contrées les plus reculées du pays un meilleur accès aux services sociaux de base, apprend-on auprès de l’Institution financière panafricaine.

Le gouvernement sénégalais avait lancé son Programme d’urgence de développement communautaire en 2015, auquel la Banque avait contribué à hauteur de 43,8 millions d’euros, rappelle un communiqué de la BAD, rendu public à Abidjan.

Ce nouveau prêt de 60 millions d’euros de la Banque va permettre d’en financer la deuxième phase, d’un coût de 162,03 millions d’euros, qui bénéficie aussi du soutien de la Banque islamique de développement et du Fonds saoudien pour le développement.

Déployée sur quatre ans, cette deuxième phase va couvrir plusieurs localités dans les douze régions du pays – notamment Ziguinchor, Kolda, Kaolack, Thiès et Kaffrine -, et concerner 3 millions de personnes, dont 1,5 million de bénéficiaires directs.

Au programme, figurent la mise en place de 109 entreprises agricoles rurales, la création de 109 périmètres horticoles (dotés d’équipements d’irrigation), la réalisation de 105 forages et 710 km de pistes rurales, l’installation de 76 centrales solaires et la pose de 1.023 km de réseaux électriques de moyenne et basse tension, ainsi que la construction de 70 postes de santé tous équipés.

In fine, le projet va contribuer à abaisser le taux de pauvreté en milieu rural de 67 à 54%, le taux de mortalité infanto-juvénile de 51 à 25% et celui de malnutrition chronique de 21 à 8%.

Dans la même catégorie