MAP Elections en RDC : l’UA demande « la suspension de la proclamation des résultats définitifs » GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP Inforpress São Vicente: Embaixador da Índia perspectiva “caminho brilhante” nas relações económicas Índia/Cabo Verde Inforpress Santo Antão: Criadores “aliviados” com anúncio do Governo de priorizar Porto Novo com novo plano de emergência Inforpress Pintura mural na Clínica Godente incita a campanha do aleitamento materno NAN Nigeria joins PAPU to celebrate PAN African Post Day NAN Anambra govt. to establish Art, Craft Village NAN Corps member to rehabilitate 20 ex-convicts in Osun NAN UNICEF laud journalists for promoting public health

900 millions injectés à Kaffrine pour atténuer les effets du changement climatique (coordonnateur)


Dakar, 10 avr 2017 (APS) – Le projet « Décentralisation des fonds climat » (DFC) a financé 37 communes de la région de Kaffrine, à hauteur de 900 millions de francs CFA, dans le but d’y atténuer les effets du changement climatique, a indiqué, samedi, son coordonnateur, Momath Talla Ndao.

« Nous avons injecté environ, 900 millions de francs CFA, dans les domaines de l’environnement, de l’éducation, de l’hydraulique pour atténuer les effets du changement climatique au niveau de la région de Kaffrine et accompagner ses populations à s’adapter pour une meilleure résilience  », a-t-il expliqué, dans un entretien accordé à l’APS.

 »DFC est un projet consacré à la résilience des communautés
des collectivités locales. Il est financé à hauteur de plus d’un milliard de francs CFA par le Département fédéral pour le développement international (DFID) et piloté par l’ONG Innovation, environnement, développement en Afrique (IED Afrique) », a expliqué M. Ndao.

Selon lui, DFC a financé, en l’espace d’un an et six mois, 64 projets pour 37 collectivités locales de la région de Kaffrine.

 »Aujourd’hui, nous voulons montrer à la communauté internationale qu’il est possible de financer et d’accompagner les collectivités locales pour la résilience, et montrer un dispositif de financement souple, qui permet à la communauté de pouvoir accéder aux fonds de manière plus appropriée », a-t-il indiqué.

Il a signalé que « le projet DFC est en train de travailler sur un mécanisme de financement de la décentralisation des fonds climat ».

 »Les fonds climat sont inaccessibles. Les communautés qui sont plus vulnérables aux changements climatiques accèdent difficilement aux financements. Et, nous savons qu’il y a beaucoup de financement qui existent au niveau mondial et sont gérés au niveau central, alors que l’adaptation doit se faire au niveau local », a-t-il fait remarquer.

Il a souligné qu »IED Afrique est venue dans la région de Kaffrine, avec des idées pour accompagner les communautés de cette localité à identifier elles-mêmes leurs projets en manière d’adaptation ».

 »Nous asseyons d’accompagner les communautés, afin qu’elles puissent intégrer la dimension changement climatique dans leur comportement de tous les jours », a-t-il ajouté.

Le projet DFC, piloté par IED Afrique, intervient uniquement dans la région de Kaffrine.

MNF/ASG

Dans la même catégorie