NAN FG to leverage technology at entry points to check illegal migration –Minister NAN No vaccine will be brought to Nigeria without certification – NPHCDA ACAP Présentation des vœux du nouvel an au couple présidentiel AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Début des activités des clubs et associations du lycée moderne de Bonon AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le préfet du N’zi appelle les chefs traditionnels à contribuer à la promotion de la paix et de la cohésion sociale AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Une hausse des utilisatrices de contraceptions observée depuis 2012 dans des pays à faible revenu (rapport) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Signature d’un protocole d’accord tripartite pour le développement de la CDC-CI AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Des incompréhensions autour du choix du site mettent en péril un projet de construction d’un collège public à Kaniasso AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Du matériel roulant et logistique remis à l’unité conjointe du fleuve Mano-Taï-Tempo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les populations de Bouaflé appelées à redoubler d’efforts pour freiner la propagation de la COVID-19

A KOLDA AUSSI, L’IMPACT MARQUANT DU COVID-19 COMME ATTENDU


  29 Décembre      29        Santé (8759),

   

Kolda, 29 déc (APS) – La région de Kolda (sud), à l’instar des autres parties du Sénégal, a vécu 2020 au rythme de la maladie à coronavirus, une pandémie qui a relégué au second plan d’autres faits marquants de l’année dont le rappel à Dieu de Moctar Kébé, l’emblématique maire de la capitale régionale.

La commune chef-lieu de région a également connu de nombreux faits divers, de même qu’elle a vécu l’élection présidentielle en Guinée avec plus d’intensité que toute autre région sénégalaise, en raison de sa proximité géographique avec ce pays.

Le coronavirus a dominé l’actualité de la région en 2020, les mesures de lutte contre cette pandémie ayant fortement pesé sur la vie socioéconomique et même politique du pays.

La pandémie de Covid-19 avait été d’abord appréhendée de manière relativement détachée, comme un phénomène étranger, qui ne concernait d’abord et avant tout que la lointaine Chine, jusqu’à son apparition au Sénégal pour la première fois, le 2 mars dernier.

La région de Kolda, située à la frontière de la Guinée, enregistre ses premiers cas en juin, une évolution qui laissait craindre le pire en raison de sa situation de zone transfrontalière ajoutée à la porosité légendaire des frontières africaines.

Un point sur lequel le personnel médical ne cesse d’insister. Les craintes des agents sanitaires se sont avérées d’autant plus légitimes que les premières contaminations dans la région étaient des cas importés.

Quelques mois plus tard, près de 200 cas positifs avaient été répertoriés au Sénégal, pour un total de huit dans la région de Kolda, en plus de l’impact économique et social de la pandémie.

Comme ailleurs dans les autres régions, le secteur de l’éducation a été marqué par la suspension des cours et la fermeture des établissements scolaires. Les marchés hebdomadaires ont également été fermés.

Ces mesures ont beaucoup affecté une région où la dimension informelle du commerce tire parti de la transfrontalité. Le transport, l’hôtellerie, les activités culturelles, ont été naturellement fortement impactés.

Le couvre-feu, qui a mis le pays sous cloche de 20 heures à 5 h du matin, n’a pas facilité les choses pour les familles et la vie sociale, au-delà de ses conséquences sur l’économie.

Les mesures restrictives ont eu d’autres effets, avec la fermeture des lieux de culte et l’interdiction des rassemblements, dans une région où l’on enregistre un grand nombre de « gamou », de grandes rencontres cultuelles.

Sont à signaler, dans ce cadre, les incidents se rapportant à une bagarre intercommunautaire pour le contrôle de l’imamat de Saré Moussa Ndour, des échauffourées au terme desquelles une vingtaine d’individus ont été arrêtés, jugés et condamnés par le tribunal de grande instance de Kolda, en novembre dernier.

L’hivernage, d’ordinaire très pluvieux, a eu son lot de dégâts entre août et septembre, des victimes de la foudre ayant été enregistrées dans le département de Médina Yéro Foula, ainsi que des inondations dans plusieurs quartiers de la commune de Kolda.

Des intempéries qui ont amené le conseil municipal à mettre à la disposition des services d’hygiène des pompes pour l’évacuation des eaux de pluie et pour libérer des maisons et rues restées inondées après les fortes précipitations qui ont causé des cas de noyade, sur le fleuve Casamance.

Comme on pouvait s’y attendre, l’élection présidentielle guinéenne de septembre dernier a été très suivie à Kolda où réside une importante communauté guinéenne, dont une grande partie s’est mobilisée pour marcher et réclamer le retour à la normale dans ce pays voisin, après la mort de citoyens contestant la volonté du président sortant Alpha Condé de briguer un nouveau mandat.

Mais le fait le plus marquant de l’année, ne serait-ce que du point de vue du symbole, reste le rappel à Dieu de l’ancien maire de Kolda, ancien ministre de la Communication, Moctar Kébé.

Cette figure marquante de l’histoire politique du Sénégal, ancien député et plusieurs fois ministre, était connue pour son engagement patriotique et l’amour qu’il vouait à sa ville natale.

Dans la même catégorie