ACP L’épidémie d’Ebola dépasse le cap de 1900 cas au Nord-Est de la près de 10 mois après sa déclaration AIP Côte d’Ivoire/ Don de kits d’accouchement aux mamans de la maternité du CHU de Yopougon MAP La Chambre des représentants poursuit l’institutionnalisation de la coopération avec les parlements africains sur la base d’une diplomatie solidaire (M. El Malki) ACP RDC: Les travaux de réparation des dragues d’Inga presque terminés, selon l’Ir Ngoyi AIP Côte d’Ivoire-PS Gouv 2019-2020/ Les villes doivent se soutenir dans leur développement (Ministre) ACP RDC: Trois missions d’observation électorale recommandent la révision de la loi électorale MAP Attaque contre une église dans le nord du Burkina Faso: trois morts ACP RDC: La DGM accorde deux mois aux étrangers en séjour irrégulier en RDC pour se mettre en ordre AIP Côte d’Ivoire/ Célébration éclatée des festivités socio-culturelles dans les maternelles de l’IEP de Niakara ACP Entrée en fonction du chef de la maison civile du Président de la République

A la rencontre de la dame qui figure sur les coupures de 500 francs guinéens


  22 Décembre      62        LeaderShip Feminin (440), Photos (21006), Société (49134),

   

Conakry, 22 déc (AGP)- Agée aujourd’hui d’une quarantaine d’années, Madame Mariame Keita, c’est le nom de la femme qui figure sur les billets de 500 francs guinéens depuis 1985.A l’époque d’où elle avait 19 ans.

Rencontrée à la maternité de l’Hôpital Régionale (HR) de Mamou, où elle travaille depuis des années en qualité de sage-femme, Mariame Keita se souvient :

«A l’époque, j’étais dans la Troupe fédérale de Mamou, où on faisait la danse folklorique. C’est là-bas que des gens sont venus nous prendre en photo. Je faisais la classe de 9ème Année et j’étais âgée de 19 ans.

Un jour, un de mes camarades de classe qui revenait de Dakar m’a apporté un livre sur la couverture duquel il y avait ma photo, c’était en 1979. Quelques
années après, précisément en 1985, ils ont mis la même photo sur les coupures de 500 francs guinéens».

Si le fait de se retrouver sur la monnaie nationale avait suscité en elle beaucoup d’espoir, il faut dire que cela a valu après des ennuis pour celle qui est communément surnommée « Tantie Mariame 500 ».

«J’ai fait beaucoup de démarches en vain pour que l’Etat me récompense. J’ai été à la Banque centrale, accompagnée de mon frère, mais ça n’a pas abouti. J’avais même pris un avocat, mais la banque soutenait que c’est une caricature. C’est en ce moment que nous sommes allés, mon avocat et moi, à la Police scientifique qui a confirmé que c’est bien ma photo. Mon avocat détient tous mes dossiers», a-t-elle fait comprendre.

Madame Keita sera, par la suite, surprise de l’attitude de son avocat qui a fini par l’abandonner, sans aucune explication.

«A un moment donné, mon avocat était très motivé, mais entre temps il m’a lâché, confisquant tous mes dossiers. Jusqu’à présent les dossiers se trouvent avec lui, je n’ai pas pu les récupérer. J’étais même allée me plaindre à l’Ordre national des Avocats de Guinée, sans gain de cause», a-t-elle rappelé.

Cet avocat, selon Mariame Keita, s’appelle Me Mohamed Lamine Soumah.

Face à ses nombreux obstacles rencontrés, Tantie Mariame 500 lance un cri de
cœur à l’endroit de l’Etat guinéen.

«Si j’ai ma photo sur les billets de 500 francs guinéens, ce n’est pas donné à n’importe qui. C’est une chance et une fierté de représenter la beauté de la femme guinéenne, normalement on doit me dédommager. Je souffre beaucoup, quand je vais au marché, on dit c’est elle qui a sa photo sur les billets de 500 francs.

On me croit riche… alors que je souffre beaucoup. Je demande à l’Etat de me venir en aide».

AOS/ST

Dans la même catégorie