AGP Le SEENA s’interroge sur l’avenir de l’éducation au Gabon AGP «Il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux» (Ministre de l’Intérieur) AGP Gabon : Le Gouvernement allège le couvre-feu d’une heure AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 44 nouveaux cas de COVID-19 et 57 guéris le 26 septembre 2020 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’arrêt de la Cour africaine des droits de l’Homme est nul et de nul effet (Ouattara) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Visite d’Etat: Le quartier Marahoué de Bouaflé accède à l’électricité ANP Niger : Le Japon fait don de matériels de secours d’urgence aux victimes d’inondations MAP Six « volontaires » antijihadistes tués au Burkina MAP Côte d’Ivoire: les appels de l’opposition à la « désobéissance civile » n’iront nulle part (Ouattara) MAP Le Président kényan ordonne au gouvernement de moderniser et de rénover neuf stades d’ici fin décembre

ABDOU KARIM SALL : ’’SEUL UN SURSAUT NATIONAL NOUS PERMETTRAIT DE VENIR À BOUT DU PÉRIL PLASTIQUE’’


  22 Juillet      4        Environnement/Eaux/Forêts (2100),

   

Dakar, 21 juil (APS) – Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, appelle à « un sursaut national » pour vaincre le péril plastique, une perspective à laquelle services dédiés et populations doivent contribuer en misant sur l’écocitoyenneté et un partenariat « large et inclusif ».

« Je lance encore une fois, un appel à tous les acteurs, services techniques de l’administration, populations, commerçants, industriels à se conformer à la loi » relative à la prévention et à la réduction de l’incidence sur l’environnement des produits plastiques, entrée en vigueur il y a trois mois, a-t-il dit.

M. Sall présidait mardi la cérémonie officielle de lancement de la campagne d’information et de sensibilisation sur la pollution plastique.

« Chaque citoyen sénégalais doit apporter sa pierre à l’édifice pour que l’application de cette loi soit un succès », a dit le ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Dans cette perspective, il invite « tous les acteurs à faire preuve d’écocitoyenneté et de sens des responsabilités pour soutenir les efforts du gouvernement dans cette bataille contre la pollution plastique ».

« J’en appelle donc à un sursaut national, à l’écocitoyenneté et à un partenariat large et inclusif pour vaincre le péril plastique et permettre à notre pays d’être cité en exemple dans cette lutte pour la sauvegarde de notre environnement », a insisté Abdou Karim Sall.

Il a fait observer que, dans le cas de la mise en œuvre de la loi portant prévention de l’incidence des produits plastiques, les opérations coups de poing vont se poursuivre « sans faiblesse aucune », puisqu’en plus des saisies menées jusque-là, les sanctions pénales prévues par la loi seront désormais appliquées, assure le ministre de l’Environnement.

« A ce jour, 73 opérations de suivi de l’application de la loi sur le plastique ont été conduites, pour une saisie de 62 tonnes de produits stockés en lieu sûr, compte non tenu des saisies opérées par les douanes, pour veiller à sa bonne application et mettre un terme aux activités des contrevenants », a précisé Abdou Karim Sall.

Ces opérations, selon lui, ont permis de mettre hors des circuits de commercialisation des « quantités importantes » de produits plastiques prohibés et de sensibiliser les populations sur la nécessité de changer leurs modes de production et de consommation pour mettre un terme à la pollution plastique qui constitue, a-t-il insisté, « une grande menace » pour les générations actuelles et futures.

Il a évoqué à ce propos « le spectacle désolant qui s’offre à nos yeux à cause de la surconsommation de produits plastiques à usage unique, lequel, ne nous laisse guère le choix ».

Le ministre de l’Environnement s’est dit heureux de constater « l’élan de solidarité’’ dont ont fait preuve « certains commerçants et industriels », en dépit des « difficultés rencontrées ».

« Ces efforts que je salue doivent être amplifiés pour que le marché soit bien approvisionné », a déclaré Abdou Karim Sall, selon qui il n’est toutefois « pas rare de voir dans certains marchés et grandes surfaces, des sacs en papier et en tissu à la place des sachets plastiques sortis de caisse, des gobelets en papier à la place des gobelets en plastique dont les déchets jonchent quotidiennement nos rues et ruelles ».

Il a insisté pour demander aux uns et aux autres de « faire preuve d’écocitoyenneté et de sens des responsabilités pour soutenir les efforts du gouvernement dans cette bataille contre la pollution plastique dont l’incidence négative sur le milieu naturel et le cadre de vie des populations, n’est plus à démontrer ».

Le lancement officiel de la campagne d’information et de sensibilisation sur la pollution plastique intervient trois mois après l’entrée en vigueur de la loi n°2020-04 du 08 janvier 2020 relative à la prévention et à la réduction de l’incidence sur l’environnement des produits plastiques.

Selon le ministre de l’Environnement, cette cérémonie a permis de faire le point sur les actions entreprises par le gouvernement pour assurer la mise en œuvre effective de la nouvelle loi et s’imprégner de ses premiers résultats.

« Cette loi a pour ambition, d’une part, de contribuer au programme zéro déchet en réduisant les déchets plastiques et, d’autre part, de permettre à chaque citoyen sénégalais de jouir de son droit à un environnement sain », a indiqué M. Sall, avant de rappeler que ce droit « est assorti de l’obligation de protection de l’environnement ».

« Je voudrais ici et maintenant porter à l’attention de tous que les opérations vont se poursuivre sans faiblesse aucune. En plus des saisies menées jusque-là, les sanctions pénales prévues par la loi seront désormais appliquées. Les constats d’infraction seront communiqués au parquet pour que des poursuites judiciaires soient engagées à l’encontre des contrevenants afin que force reste à la loi », a poursuivi le ministre.

Selon M. Sall, malgré les efforts consentis par les pouvoirs publics, « l’occasion nous est régulièrement donnée de constater que le marché continue d’être approvisionné comme si de rien n’était. Les produits plastiques interdits continuent de circuler dans les lieux de commerce ».

« Dans les jours à venir, a-t-il annoncé, j’engagerai des consultations dans le cadre de la mise en place du système de la consigne pour faciliter la collecte et le recyclage des bouteilles en plastique et le mécanisme d’opérationnalisation de la responsabilité élargie des producteurs qui ouvriront de nouvelles opportunités d’activités économiques et d’emplois verts pour les jeunes, dans une logique d’économie circulaire ».

Il considère que « plus nous retardons l’arrêt de l’utilisation des produits plastiques à usage unique ou jetables, plus nous compromettons nos chances de gagner la bataille contre le péril plastique et de garantir à nos concitoyens un environnement sain ».

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable a par ailleurs révélé que plusieurs opérateurs économiques s’étaient rapprochés de son département « pour présenter leurs projets de mise en place d’unités de fabrication de produits alternatifs » au plastique.

Dans la même catégorie