GNA Major Mahama: My brother was not among the alleged ‘killers’-witness GNA Government Committed to Building Educational Infrastructure- MCE GNA IYes Foundation donates to Lil Win’s GMIS ACP Visite de travail à Kinshasa du secrétaire général de FICR ACP Le gouvernement appelé à créer un écosystème entrepreneurial incitatif pour les jeunes entrepreneurs ACP Eugène Diomi Ndongala libéré sous conditions GNA Vodafone Ghana launches 4G to provide faster data services GNA Ghana’s macroeconomic outlook better than five years ago – IMF GNA Environmental disaster crawling into UWR « As you sow, so shall you reap » AIP Salon du livre de Paris 2019 : La Côte d’Ivoire explique l’absence du stand Pavillon des lettres d’Afrique

Adoption par les députés du projet de loi autorisant la ratification de la convention de Rotterdam sur les produits chimiques et pesticides


Bangui 24 av. (ACAP)- Les députés centrafricains ont adopté, par acclamation à l’issue d’un débat général Mardi 24 avril 2018 à Bangui, un projet de loi autorisant la ratification de la convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux.
Réagissant à l’adoption du projet de loi, le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Thierry Kamach, a déclaré que c’est une victoire pour la République Centrafricaine qui bénéficiera de l’appui technique et des financements relatifs à la mise en ‘œuvre des projets liés à ladite convention permettant de lutter contre les produits chimiques et les pesticides non homologués dans notre pays.
Il a rappelé que les produits chimiques détruisent et peuvent en même temps dégrader les terres dans la mesure où ils sont mal utilisés comme engrais dans les plantations si la posologie n’est pas respectée.
Selon lui, plusieurs de ces produits chimiques sont hautement dangereux et leur implication ou utilisation dans les pays en voie de développement parmi lesquels la République Centrafricaine nécessite une attention particulière.
Il a insisté sur les méfaits des produits chimiques et pesticides qui ne cessent de faire des victimes à travers le monde en ce qui concerne la santé humaine et l’environnement alors qu’ils font l’objet de commerce international.
Il a rappelé que la République Centrafricaine avait pris part en 1992 à la conférence de Rio de Janeiro sur l’Environnement et le Développement ainsi que le chapitre19 d’action 21 intitulé « Gestion écologique rationnelle des substances chimiques toxiques, y compris la préservation de trafic international illicite des produits toxiques et dangereux ».
Ce débat fait suite aux travaux de la commission des Affaires étrangères sur ce projet de la loi qui se sont déroulé les 12, 13, 16, 17, 18, 19, et 20 avril 2018 sous la présidence d’Emilie Béatrice Epaye, Présidente de la commission.

Dans la même catégorie