ANP Le Comité animations culturelles et loisirs offre un concert de remerciement GNA Ghana reports on progress of implementation of SDGs at 2019 HLPF GNA Minority Leader submits nomination forms for fifth term GNA Don’t sacrifice others in the name of media freedom, NMC urges journalists GNA NPP National Chairman hosts leadership of NPP Loyal Ladies GNA Final framework on Safe and Responsible Journalism to be ready in November ACP Les membres du FCC appelés au respect de la vision de leur autorité morale ACP L’installation des membres du bureau définitif du Sénat fixé au samedi 27 juillet ACP Un envoyé spécial du Président Félix Tshisekedi à Washington ANP Dosso : Lancement de la caravane nationale de présentation des lauréats en journalisme

Affaire lamine Diack : l’Etat sénégalais ne va jamais extrader ses fils (pm)


  21 Janvier      28        Justice (2235), Photos (21287),

   

Dakar, 21 jan 2016 -(APS) – L’Etat du Sénégal ne va jamais procéder à l’extradition d’un de ses fils pour jugement dans un pays tiers, a déclaré le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne interpellé, jeudi, sur le mandat d’arrêt international visant Massata Diack, le fils de Lamine Diack.

 »Un Etat qui se respecte n’extrade pas son fils. Il doit le soutenir », a notamment dit le Premier ministre lors de son passage à l’Assemblée nationale pour des questions d’actualité adressés à lui et à son gouvernement.

Au cours de cette séance parlementaire le président du groupe des Libéraux et démocrates Modou Diagne Fada est revenu sur l’affaire Lamine Diack en demandant  »pourquoi le gouvernement du Sénégal qui se veut une gouvernance vertueuse tarde-t-il à ouvrir une information judiciaire ? ».

 »Sur l’affaire Lamine Diack, il ne faut pas oublier que c’est pendant devant la justice et nous lui accordons toute la présomption d’innocence. Il ne faut pas briser nos stars. Dans les pays comme la France si une de leur star est en difficulté, les citoyens les protège », a souligné M. Dionne.

Réagissant sur l’avis de recherche lancé contre le fils de Lamine Diack, Papa Massata Diack, le chef du gouvernement évoque la convention judiciaire qui lie l’Etat du Sénégal et la France.  »Nous n’allons jamais extrader un fils. Nous avons une convention judicaire avec la France qui va jouer et le droit sera dit », a insisté Mahammed Boun Abdallah Dionne.

Le Sénégalais Papa Massata Diack, ancien consultant en marketing de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), est l’objet d' »un avis de recherche international, pour des faits de fraude, blanchiment d’argent et corruption », avait annoncé la magistrate Eliane Houlette, chef du parquet national financier de France.

« Il n’a pu être entendu et se trouverait au Sénégal », a-t-elle dit en parlant du consultant sénégalais, en marge de la présentation du rapport de la Commission indépendante (CI) de l’Agence mondiale antidopage (AMA) sur les actes de corruption à l’IAAF à Munich (Allemagne).

Selon Eliane Houlette, l’Association internationale des fédérations d’athlétisme s’est constituée partie civile dans le dossier concernant Papa Massata Diack.

En décembre dernier, dans un entretien avec le Groupe futurs médias (RFM), au Sénégal, l’ancien consultant en marketing de l’IAAF, fils de l’ex-président de l’instance chargée de l’athlétisme mondial (1999-2015), Lamine Diack, a dit avoir « été juste informé qu’une affaire [le] concernait et qu’on prendrait les mesures pour [lui] demander de comparaître à titre de témoin ».

« A ce moment, je le ferai, mais au Sénégal », avait-t-il précisé, expliquant son refus de se présenter devant la justice française par « la manière dont ils (les juges français, Ndlr) ont traité [son] père », Lamine Diack.

Ce dernier a été mis en examen, par la justice française, pour « corruption passive » et « blanchiment aggravé », en novembre dernier.

MTN/SDI/OID

Dans la même catégorie