INFORPRESS São Vicente: 35ª edição do Festival da Baía das Gatas marcado para dias 09, 10 e 11 de Agosto ANG Presidente da República felicita PAIGC pela vitória eleitoral ANG Quatro partidos políticos assinam Acordo de Incidência Parlamentar e Estabilidade Governativa ANG Bissau determina descida do PRS INFORPRESS Santiago Norte: Câmara de Santa Cruz vence torneio de futsal solidário em favor da Loja Social e Casa da Sopa de Assomada INFORPRESS Sal: Tribunal aplica prisão preventiva a indivíduos acusados de vários crimes INFORPRESS Assembleia Municipal de São Salvador do Mundo aprecia relatório de actividades de 2018 da autarquia AGP Le football à l’avant-garde dans la lutte contre les changements climatiques AIP Les agents des douanes de Noé exhortés à travailler au maintien de la certification ISOO 9001 AIP Le comité national d’organisation du Congrès 2020 de l’UPU à Abidjan va être installé

Africa Agri Forum : L’expérience marocaine en matière de financement et d’assurance agricoles mise en lumière à Abidjan


Rabat, 27 nov 2015 (MAP)- L’expérience marocaine pionnière en matière de financement et d’assurance agricoles a été présentée, vendredi à Abidjan, dans le cadre de la 2è édition de l’Africa Agri Forum.
Les différents intervenants à cette occasion, ont été unanimes à mettre en avant le rôle de taille joué par le secteur bancaire et des assurances, dans la promotion et le développement d’une agriculture durable et compétitives notamment à travers l’accompagnement du ‘’Plan Maroc Vert’’.
Ils ont estimé que le Maroc dispose d’un grand savoir-faire en la matière et qu’il ne ménagera aucun effort pour faire bénéficier les autres pays africains de son expertise dans ce domaine et ce, en application de sa politique volontariste, telle que prônée par SM le Roi Mohammed VI, pour une coopération sud-sud réussie et mutuellement avantageuse.
Les intervenants ont également reconnu que l’Afrique recèle un important potentiel agricole et qu’il appartient au continent de se prendre en charge lui-même, et de tirer profit de ses compétences pour produire plus et à moindre coût, afin d’être de plus en plus compétitif.
Dans son exposé, M. Jamal Eddine Jamali, secrétaire général du Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) a mis en avant l’expérience du groupe pendant plus de 50 ans au service de l’agriculture et du développement socio-économique dans le monde rural.
Et de faire observer que pour l’accomplissement de sa mission, le GCAM œuvre à travers ses deux pôles d’activités à savoir la Banque Mission de Service Public qui a pour vocation de soutenir le monde agricole et rural, en proposant un financement solidaire adapté à chaque projet, et la Banque Commerciale qui a pour objectif d’apporter des solutions novatrices et efficaces aux problèmes de financement du monde rural.
M. Jamali a, par la même occasion, réitéré l’engagement du Groupe à mettre toute son expertise à la disposition du secteur agricole et agro-industriel et à œuvrer activement pour développer les synergies entre les différents acteurs du monde agricole publics et privés.
‘’Le modèle GCAM portant sur les trois canaux de financement que sont le microcrédit, le méso-crédit, et la banque agricole classique , a suscité un grand intérêt de la part de plusieurs pays africains frères et amis’’, a expliqué M. Jemali, faisant observer que dans le but de répondre aux attentes, il a été décidé de créer une entité de la coopération sud-sud qui se chargera de piloter les différents partenariats entre le GCAM et les banques africaines.
Ces partenariats porteront sur les différents pôles d’excellence du GCAM, système d’information, gestion RH et formation, organisation et programmes, moyens logistiques entre autres.
Chiffres à l’appui, il a en outre, donné un aperçu détaillé sur le programme ‘’Tamwil El Fellah’’ (financement de l’agriculteur) qui bénéficie désormais d’une reconnaissance nationale et internationale.

M. Jamali a tenu, en outre, à indiquer qu’un système de financement agricole et rural innovant suppose un bon système de gouvernance et une diversification intelligente des activités, ainsi qu’une offre adaptée grâce à une segmentation fine du secteur agricole par acteurs, filières et territoires.
Cela requiert aussi une gestion du risque par la connaissance approfondie de la clientèle, adossée à des systèmes de Scoring, et une clarification et évaluation de la mission de développement de la banque (mission de service public), a-t-il conclu.
De son côté, Jean- Luc Gourgeon, directeur général délégué de la « MAMDA Ré- Maroc », s’est intéressé au rôle de l’assurance dans le domaine agricole au Maroc, avec un focus sur la progression de l’assurance multirisques climatique améliorée, soulignant qu’en ce qui concerne la campagne agricole 2015- 2016, l’objectif tracé dans le domaine de l’assurance agricole, est d’atteindre 1 million ha, alors que pour la campagne 2014- 2015, sur un objectif de 800.000 ha fixé, quelque 717.000 ha ont été réalisés.
L’intervenant a passé en revue plusieurs spécificités et caractéristiques de l’assurance agricole au Maroc ainsi que sa contribution aux efforts visant la promotion du secteur agricole, louant au passage l’engagement, sans faille, de l’Etat marocain pour la mise en place d’un système d’assurance efficace et parfaitement adapté aux réalités et aux caractéristiques du secteur agricole.
Initié par « I-Conférences » en partenariat avec le Groupe OCP, l’Africa Agri Forum d’Abidjan a réuni plus de 300 décideurs, professionnels, experts et bailleurs de fonds, issus de 23 pays, dont le Maroc.
Placé sous le thème « Afrique verte : La dynamique agricole en marche », le Forum se propose de créer un espace d’échange et de débats autour des questions majeures d’une agriculture inclusive et durable en Afrique.
Les participants ont eu l’occasion de partager leurs visions sur des sujets cruciaux, à même de contribuer au décollage agricole dans la région de l’Afrique francophone, et de se pencher sur le défi africain pour une agriculture performante et durable, tout en passant en revue certaines expériences nationales réussies dans le domaine agricole, en l’occurrence : « le Plan Maroc Vert », « ’le Plan Gabon Vert » et « le Plan Sénégal Emergent ».

LS—BI.
HA

Dans la même catégorie