AIP Ladji Abou Sanogo installé officiellement dans ses fonctions de délégué général de l’UNJCI ACP La pastèque augmente la vitalité des vaisseaux sanguins, selon un médecin ACP Dr Nico ou génie artistique dans le fondement de la musique congolaise moderne (Arthur Kayumba) ACP La 20ème édition du Festival national de Gungu confirmée du 24 au 28 septembre 2020 au Musée national de la RDC AGP Siguiri/Société : Renforcement des capacités des jeunes au montage des projets. AGP Mamou/environnement : 10 hectares de forêts reboisés par les chasseurs de Teguereya APS LE PROJET GOYN PRÉSENTÉ AUX ACTEURS DE DIOURBEL APS LE CORONAVIRUS IMPOSE SA LOI AUX ASC APS COVID-19 : LE PIB RÉEL DU SÉNÉGAL SE CONTRACTERA DE 0,7 % EN 2020 (FMI) APS 30 FILLES DU CENTRE SAUVEGARDE DE THIÈS FORMÉES EN COUTURE

AGENCE TOGOLAISE DE NORMALISATION : REUNION DE DEMARRAGE DES TRAVAUX DES COMITES MIROIRS


  4 Septembre      21        Environnement/Eaux/Forêts (2074),

   

Lomé, 4 sept. (ATOP) – La Haute autorité de la qualité et de l’environnement (HAUQUE) a organisé, à travers l’Agence togolaise de normalisation (ATN), une réunion de démarrage des travaux des comités miroirs nationaux de normalisation, le jeudi 3 septembre à Lomé.

Dans le cadre de la politique de la qualité, adoptée en 2019, le Togo est appelé à participer aux travaux de normalisation au niveau régional (ECOSHAM), continental (ASHAM) et international (ISO/IEC). A ce propos, l’Organisation internationale de normalisation (ISO) et l’Organisation régionale africaine de normalisation (ARSO/ORAN) ont récemment lancés de nouveaux chantiers de normalisation auxquels doivent prendre part les Etats membres dont le Togo. Pour ce faire, il est créé au sein de l’ATN, des comités miroirs de normalisation pour travailler sur ces chantiers. C’est dans ce sens que la HAUQUE a organisé pour le compte de l’ATN cette réunion de démarrage des travaux desdits comités.

La réunion a permis d’échanger sur le rôle d’un comité miroir à savoir  la programmation du travail, la gestion de portefeuille et de projet de norme, ainsi que sur le système de certification ECOMARK et de l’infrastructure de la qualité au Togo. Il est aussi question d’amener les participants à œuvrer pour la promotion de l’excellence, la mondialisation des initiatives, afin de contribuer à la réduction des gaspillages sous toutes ses formes, en vue d’un développement harmonieux du pays.

En effet, les comités miroirs nationaux de normalisation sont des comités de projets. Ils ont pour rôles de porter des réflexions sur les projets de normes ouvertes à l’international pour dégager une position nationale conformément aux priorités  nationales sur l’objet de la norme. Cette position nationale adoptée est défendue en commission et/ou en plénière à l’international par des délégués. « Chaque fois qu’il y a un nouveau projet, on met en place les parties prenantes et on essaie de discuter avec eux sur le projet thématique déterminé. Dans ce projet, tous ceux qui ont un intérêt à ce que les choses se passent bien vont venir dans le comité miroir, mais ils n’ont pas pour vocation de rester là-bas en permanence. Dès que le projet est fini, le document final est reversé au comité technique qui les couvre », a expliqué le directeur général de l’ATN, Fossou Lawson. Il a ajouté que la norme est donc un guide en conformité cohérent, établie et reconnue mondialement. Cette norme, a-t-il poursuivi, s’applique dans tous les domaines, entre autres, la pisciculture, l’agriculture, la santé et l’élevage. « Avec la norme, on veut que celui qui achète, achète quelque chose de qualité et qu’il sache qu’à la fin son produit serait consommatif pour les consommateurs que nous sommes tous », a-t-il souligné.

  1. Lawson a ajouté qu’aujourd’hui, il y a plus de 15 projets dans le monde, dont 11 au niveau continental de l’ARSO pour la zone libre échange continental. « Il est prévu d’avoir par exemple des routes entre tous les pays de l’UA. Pour avoir cette route, il faut veiller qu’elle respecte une norme donnée. Par exemple, la route nationale Lomé-Kpalimé en cours d’exécution, on n’a aucune idée de ce qui va être fait. Il n’y a que des gens qui sont dans ce milieu qui savent. La norme veut qu’on publie et qu’on affiche ce qu’on va avoir dans trois ou quatre ans à la fin des travaux. Comme cela on peut vérifier si c’est conforme à ce qui a été dit dès le début. Même s’ils utilisent des normes, il faut qu’on le sache. La norme veut qu’on puisse harmoniser notre façon de faire», a-t-il dit.

Le directeur de l’ATN a souhaité « qu’aujourd’hui, qu’aucun marché public ne soit validé par la direction nationale de contrôle des marchés publics parce que dans la loi cadre, il est écrit que tous les marchés publics doivent respecter les normes. Hors on continue par faire des marchés sans norme, c’est ça le drame et il va falloir qu’on sorte de cette façon de faire ».

Le président de l’ATN, Francois Fidégnon Kpakpo a relevé que depuis l’adoption en 2009 de la loi sur l’organisation du schéma national, d’harmonisation des activités de normalisation, d’agrément, de certification, d’accréditation, de métrologie, de l’environnement et de la promotion de la qualité, le Togo était quasiment absent sur la scène internationale dans la normalisation. Il a invité les membres des comités miroirs à faire preuve de ténacité, d’abnégation, de dépassement de soi dans le processus de normalisation pour le bien du pays. Il les a exhortés à cultiver l’humilité, la tolérance dans cette nouvelle école, pour rayonnement du pays dans la normalisation.

Dans la même catégorie