AIP Des Ivoiriens de la diaspora s’activent pour la relance économique post – COVID-19 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ JIF 2021: Pr Ly Ramata Bakayoko annonce des innovations et invite les femmes à se l’approprier AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Le nouveau député de Zuénoula commune salue l’esprit d’apaisement du scrutin Inforpress PERFIL: “Sou agricultora e feliz mesmo que tiver apenas arroz para cozinhar” – Lúcia Monteiro Inforpress São Vicente: “É evidente que a desigualdade social está a aumentar em Cabo Verde” – líder do PAICV Inforpress Manifestações sindicais exigindo o cumprimento das promessas feitas pelo Governo são “partidárias” – MpD GNA Village Savings and Loans scheme empowering rural women in Adansi north GNA Koforidua GPRTU intensifies road safety campaign GNA Ultra-Modern Plaza being built for Essikado APS LE PRÉSIDENT DU NIGER, MAHAMADOU ISSOUFOU, LAURÉAT DU PRIX IBRAHIM 2020

AIP/ La Côte d’Ivoire veut contribuer à l‘élaboration d’un nouveau programme pour la biodiversité


  21 Janvier      19        Société (29553),

   

Abidjan, 21 jan 2021 (AIP)- Le directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, François Kouablan, a procédé jeudi 21 janvier 2021 à Abidjan, au lancement d’un atelier d’analyse du draft du cadre mondial post 2020 pour la diversité biologique, en vue de permettre à la Côte d’Ivoire de contribuer à l’élaboration de ce nouveau programme.

M. Kouablan a expliqué que les discussions et les travaux sur le sujet permettront à la Cop-15 de marquer un tournant pour les Nations-Unies, par l’adoption d’objectifs précis et ambitieux pour tous les acteurs. « Ce cadre vise à préparer entre 2021 et 2030, un système politique et économique mondial pur que les sociétés humaines soient en mesure de vivre en harmonie avec la nature d’ici 2050 », a-t-il indiqué.

Selon le rapport mondial de la plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, les écosystèmes et la biodiversité du monde se détériorent plus rapidement que jamais, mettant en péril le bien-être et l’avenir de l’humanité, a relevé le directeur de cabinet. Il a ajouté que 13 millions d’hectares de forêt sont perdus chaque année, un million d’espèces menacées d’extinction, 75% et 66% des écosystèmes terrestres et maritimes sont endommagés.

Le point focal national de la convention sur la biodiversité, Dr N’Tain Jeanne, a expliqué que, en vue de répondre aux besoins de restauration de la biodiversité, des engagements ont été pris afin de faire de la décennie 2011-2020, une décennie d’actions concrètes de la biodiversité à travers les 20 objectifs d’Aichi au Japon. « Ces objectifs n’ont vraisemblablement pas été atteints », a-t-elle indiqué.

Les Nations-Unies ont décidé de mettre en place un nouveau programme post 2020 pour la diversité biologique. L’élaboration de ce nouveau cadre demandant la participation de chaque Etat partie.

Dans la même catégorie