ANP La Banque Mondiale finance pour plus de 530 milliards F CFA des projets de développement au Niger AIP Côte d’Ivoire-AIP/Météo : Ciel nuageux sur l’ensemble du territoire avec possibilité de pluie AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le CNDH prône la prévention d’éventuels nouveaux revers sur l’égalité homme-femme GNA SWAG congratulates Black Satellites on U-20 AFCON trophy GNA One Bullet’ Ansah Stops ‘One Time’ Quaye To Retain National Lightweight Title GNA Rampant Hearts cruise past 10-man WAFA to go third GNA Digitalization: the most impactful and revolutionary policy of Ghana since Independence GNA I will not interfere in chieftaincy issues GNA Making a positive difference for women: Working together is the panacea ANP Le Premier Ministre Birgi Rafini attendu à Tahoua pour le lancement de la construction d’un barrage hydro-agricole

ALIMENT DE VOLAILLE : UN INDUSTRIEL ÉVOQUE UNE ‘’TENSION’’ SUR LE MARCHÉ MONDIAL DES CÉRÉALES


  4 Février      15        Agriculture (1963),

   

Dakar, 4 fév (APS) – La hausse sur le prix de l’aliment de volaille est un peu liée à la tension sur le marché mondial des céréales, a indiqué Claude Demba Diop, directeur général adjoint de la Nouvelle minoterie africaine (NMA).

’’Cette hausse est un peu liée à la tension qui existe au niveau mondial pour les céréales’’, a-t-il expliqué au quotidien Enquête dans son édition de jeudi.

’’Aujourd’hui, à travers le monde, le prix d’acquisition de céréales a largement évolué sur toutes les denrées de première nécessité. Le blé a connu de grosses hausses, le maïs, également, de même que le tourteau de soja. C’est un ensemble’’, a-t-il dit.

Claude Demba Diop a ajouté qu’’’au-delà même du problème de disponibilité de la matière première, il y a même le fret qui a augmenté de plus de 39 %’’.

’’Donc, ce sont tous ces effets conjugués qui ont fait qu’on était tenu, malgré nous, d’augmenter de 10 % le produit fini. Il faut noter qu’à l’acquisition des matières premières, on a des augmentations de 20,30 et même de 35%’’, a-t-il souligné.

’’On n’a pas voulu répercuter cela sur l’aliment. Donc, on a préféré se limiter à 10 %, pour veiller un peu à l’équilibre entre nous et nos clients’’, a encore dit Claude Demba Diop.

Selon lui, ’’sur le maïs, il y a eu une progression de 50 à 60 euros sur la tonne, soit une augmentation de plus de 25 ou 26 %. Pour le tourteau de soja, il a progressé de 100 à110 euros la tonne. Sur le tourteau d’arachide, c’est une évolution de 60000 FCFA par tonne’’.

’’A la lecture de ces chiffres, on a une augmentation sur cette période de l’ordre de 25 à 35 %. Cela n’a absolument rien à voir avec les efforts qui ont été consentis et non dits lors de la première vague de coronavirus’’, a t-il fait part.

Selon Claude Demba Diop, ’’l’augmentation n’impacte que de 3 F CFA sur le prix de l’œuf et 100 F sur celui du poulet. Il faut savoir aussi raison garder’’.

Le collège des producteurs de volailles dénonce la hausse du prix de l’aliment de volaille au moment où la crise sanitaire liée à la Covid-19 met en péril le dynamisme de la filière.

Dans un communiqué transmis à l’APS, ‘’les producteurs dénoncent avec la dernière énergie la démarche solitaire du collège des provendiers membre de l’IPAS (Interprofession avicole du Sénégal) qui pourtant offre un cadre privilégié pour le dialogue entre acteurs’’.

Le collège des producteurs est présidé par Gora Faye, Secrétaire général adjoint de l’Interprofession avicole du Sénégal (IPAS)

Alors que le secteur est confronté aux conséquences de la Covid-19 et de la grippe aviaire, les fabricants de provende ont annoncé, ‘’à la surprise générale, une hausse de l’ordre de 10 % du prix de l’aliment de volaille’’, fustigent ces producteurs.

‘’Ce qui pourrait impacter le prix du poulet ainsi que celui de l’œuf’’, ajoute t-ils.

Dans la même catégorie