APS COVID-19 : SIX DÉCÈS ET 268 NOUVEAUX CAS ENREGISTRÉS APS AUGUSTIN SENGHOR : ‘’MA CANDIDATURE NE FAIT PAS PEUR À LA FIFA’’ APS LA FIFA EST INTÉRESSÉE PAR LES ÉLECTIONS DE LA CAF, RAPPELLE UN DE SES OFFICIELS ANP Sommet de la CEDEAO : Le leadership du Président Issoufou Mahamadou reconnu et magnifié ANP Sommet de la CEDEAO : Le Président Issoufou Mahamadou propose d’ériger certains contingents militaires en brigade offensive de lutte contre le terrorisme ANP Le Ministre de l’enseignement supérieur inaugure un nouvel amphithéâtre à l’ Université de Tahoua GNA Parliament set to vet President’s nominees GNA COVID-19: Ghana records more than 600 daily infections AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Deux tonnes de ciment et un million pour soutenir la construction de deux mosquées à Tengrela AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le ministre KKB attendu dimanche dans le village du président Laurent Gbagbo

ALIOU OUSMANE SALL SOULIGNE L’IMPORTANCE D’UN SYSTÈME D’ÉTAT-CIVIL FIABLE


  24 Décembre      15        Société (27649),

   

Dakar, 24 déc (APS) – Le Directeur de l’état-civil, Aliou Ousmane Sall, a expliqué, jeudi, l’importance d’un système d’état-civil fiable, relevant que la corruption et la fraude dans ce secteur peuvent parfois ’’créer de faux droits au détriment des vrais bénéficiaires’’.

’’Pour l’Etat, un système d’état-civil fiable est un excellent outil d’aide à la prise de décisions par les statistiques pertinentes qu’il peut fournir sur la démographie’’, a-t-il déclaré à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier sur la gouvernance de l’état-civil, organisé par l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC).

Selon M. Sall, ’’il serait difficile pour notre pays de réussir la mise en œuvre des politiques publiques’’, surtout celles relatives à la ’’santé et à l’éducation’’ si ’’nous ne disposons pas d’un système d’état-civil fiable’’’.

L’état-civil, a t-il reppelé, confère aux citoyens ’’une existence juridique et quasiment une autorisation à la citoyenneté’’.

Ainsi, a t-il ajouté, ’’investir dans l’état-civil constitue donc une condition primordiale pour une bonne mise en œuvre des politiques publiques mais également pour l’atteinte des ODD (Objectifs du développement durable’’.

’’Sur les 17 ODD, 12 possèdent des indicateurs dont la mesure nécessite les données de l’état civil, soit un total de 67 indicateurs sur 232’’, a t-il souligné.

A l’en croire, c’est fort conscient de cette situation que le chef de l’Etat a ’’instruit le gouvernement de procéder au lancement du processus d’élaboration d’une stratégie nationale de l’état-civil’’ en vue de ’’réaliser l’enregistrement universel des naissances (…)’’ et en même temps ’’standardiser le système en général dans le respect des exigences de l’état-civil’’.

Ce programme financé par l’Union européenne (UE) à près de dix-huit milliards, a-t-il dit, contribuera fortement, à terme, à ’’la modernisation de l’état-civil par un soutien au pilotage stratégique et à travers une amélioration de l’offre et de la demande des services d’état-civil’’.

Il appuiera la consolidation d’un fichier national d’identité biométrique relié au système d’information de l’état-civil informatisé.

Le Directeur de l’état-civil a dans la même veine indiqué que la mise en œuvre de ce programme intervient également à un moment où la qualité du service rendu aux usagers laisse à désirer, malgré les efforts déjà consentis.

’’Il en est ainsi, de la fraude et de la corruption qui fait l’objet de plaintes récurrentes de la part des usagers (…), de même que d’autres comportements contraires à l’éthique et à la déontologie’’, a-t-il fait savoir.

D’après Aliou Ousmane Sall, la fraude, tout comme la corruption dans le secteur de l’état-civil, constituent ’’des violations extrêmement graves permettant de créer de faux droits, parfois au détriment des vrais bénéficiaires’’.

’’Elles permettent à des personnes d’accéder à des positions ou leur confèrent des privilèges et droits qu’elles n’auraient jamais dû avoir. Elles permettent à des à des faussaires de se prévaloir de titre ou de qualité qu’ils n’ont pas’’, a-t-il dénoncé.

La présidente de l’OFNAC, Seynabou Ndiaye Diakhaté, a insisté sur le fait que l’état-civil est sujet à de ’’récurrentes et multiples’’ récriminations de la part des citoyens.

’’Il fait l’objet de débats passionnés à cause des difficultés liées à certaines situations que je me garderai de nommer ici mais que les différents panélistes ne manqueront pas d’éclaircir et d’approfondir’’, a-t-elle déclaré, s’adressant à l’assistance.

Toutefois, ’’pour atteindre cet objectif, il nous faudra, à travers un dialogue sain, constructif et permanent, poser un regard dépouillé sur le secteur de l’état-civil, en vue d’examiner, sans complaisance et sans stigmatisation, les vulnérabilités auxquelles il s’expose et les pratiques illégales qui y ont cours’’, selon elle.

Dans la même catégorie