AGP Match amical Gabon-Bénin: Patrice Neveu communique sa liste ce vendredi AGP Gabon : Présentation des grandes lignes du programme de promotion et de protection des Droits de l’Homme AIP Un atelier de pré-validation du rapport sur l’état de l’environnement marin ouvert à San-Pedro AIP Environ 1,6 million d’Ivoiriens sortis de la pauvreté (Alassane Ouattara) AIP Ouattara appelle l’Afrique  » à prendre toute sa place au sein du Conseil de sécurité de l’ONU » AIP Le ministère de la Fonction publique engagé à réduire le délai du premier mandatement des fonctionnaires AIP Des poches de sang collectées à Tiassalé AIP La Secrétaire générale de la Francophonie en visite de travail au Bénin AIP La sécurisation du foncier rural expliquée aux populations de Soubré AIP Le conseil régional de Gbêkê et Crédit Access signent une convention de partenariat pour le financement des micro-entrepreneurs

Anoblé Félix demande à l’opposition un programme de société et non de réconciliation


  29 Août      4        Société (23021),

   

Divo, 29 août 2020 (AIP) – Membre de la délégation du Premier Ministre, Hamed Bakayoko, en visite à Divo pour prôner la paix, le ministre de la Promotion des PME, Anoblé Félix, a invité, le vendredi 28 août 2020, les politiciens de l’opposition à servir aux populations un programme de société et non un programme de réconciliation.

« Les populations aspirent à la paix, il faut qu’on leur serve la paix. Que les politiciens commencent à servir plutôt un programme de société aux ivoiriens qu’un programme de réconciliation, parce que personne n’est en palabre avec personne », a déclaré M. Anoblé, en marge de la rencontre entre le Premier Ministre et les populations de Divo.

Selon lui, la visite effectuée par le Premier Ministre Hamed Bakayoko dans les localités, où il y a eu des violences ces derniers jours, vise à démontrer qu’en réalité les ivoiriens ne sont pas en palabre. Les témoignages des populations, a-t-il laissé entendre, le prouvent.

Le ministre et maire de San Pedro a déploré le lourd tribut payé par les populations du fait de ces agissements. « Huit morts dans une ville comme Divo, un mort à Gagnoa, trois à Bonoua et à Daoukro, c’est grave. Il faut qu’on prenne conscience de tout cela et qu’on arrête », a-t-il souligné.

A Abidjan et dans plusieurs localités de l’intérieur du pays, l’opposition organise depuis plus de deux semaines des manifestations de protestation contre un 3ème mandat du président Alassane Ouattara, occasionnant des violences qui ont causé de nombreuses victimes, dont des cas de décès à Daoukro, Bonoua, Gagnoa et Divo.

(AIP)

jmk/fmo

Dans la même catégorie