GNA U-20 Women’s World Cup: Ghana suffer another humiliation to exit tournament  GNA Rana Motors partner GFA to launch Qatar OMBC project GNA Thunderstorm or rain expected over transition and northern sector this evening GNA Ghana to mark World Folklore Day with multi-national summit GNA CyberX Africa launches its conference and exhibition 2022 to enhance cyber technology GNA Renew NHIS cards with mobile renewal service – Dr Okoe Boye GNA Ghana loses more than GHc5.6 billion annually in tax revenue GNA Minister of Food and Agriculture inaugurates Twifo Oil Palm Plantation Board GNA Invest for Jobs launches Green SME Networking Festival in Kumasi GNA GIPC Boss urges private sector to explore partnerships for growth

Anthony Nkinzo de l’Anapi élu président du Riafpi pour quatre ans


  22 Juin      35        Economie (15601),

   

Kinshasa, 22 juin 2022 (Acp),- Le directeur général de l’Agence nationale pour la promotion des investissements (Anapi), Anthony NkinzoKamole a été élu lundi, pour un mandat de 4 (quatre) ans, à la tête du Réseau international des agences francophones de promotion des investissements (Riafpi), au terme de la 5ème conférence  annuelle dudit réseau tenue du 20 au 22 juin 2022 à Kinshasa.

Il remplace à ce poste le ministre ivoirien honoraire des investissements, Emmanuel EssisEsmel.

Pour Anthony Nkinzo, cette élection lui permettra de développer des chaines de valeur inclusives et durables au sein de l’espace francophone, de contribuer à stimuler la croissance et de lutter contre la pauvreté en générant des possibilités économiques, en termes des marchés régionaux et mondiaux plus larges.

« A l’heure actuelle, les pays membres du Riafpi n’ont pas énormément investi dans les chaines de valeur, d’où la nécessité de réfléchir comment changer ce paradigme et créer des alliances entre les entreprises des pays membres du Réseau », déclaré le nouveau et président en exercice du Riafpi.

Le Réseau international des agences francophones de promotion des investissements (Riafpi)) a été créé le 17 mars 2014 à Abidjan en Côte d’Ivoire, à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire.

Il vise à créer une plateforme d’échange d’information et de collaboration entre les agences de promotion des investissements (Api) membres, et à améliorer le rôle de conseil et d’expertise des Api auprès de leurs gouvernements respectifs pour un renforcement de leurs capacités.

Le Riafpi a pour objectif de faire de ce réseau  dans les cinq prochaines années, un acteur de premier plan et efficace dans l’attraction et la promotion des investissements privés au service des Api francophones.

Cette organisation a, entre autres pour missions, partager les expériences acquises en matière d’attraction de l’investissement direct étranger ; créer une interaction ou une synergie entre les investisseurs issus des pays francophones ; constituer un réseau de collecte et d’échanges d’informations ; assister les membres dans leur requête de financement auprès des organisations bilatérales, multilatérales de financement ainsi que faciliter l’accès aux sources de financement disponibles dans l’espace francophone.

Les pays africains francophones invités à renforcer les échanges commerciaux entre eux

De son côté, la directrice générale du Centre  de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (Cepici), Solange Amichia, a invité  les pays africains francophones  à renforcer les échanges commerciaux entre eux, en vue de développer des dignes produits qu’ils peuvent échanger sans taxe.

Elle a lancé cette invitation au cours d’un panel qu’elle a eue à présider lors de la conférence de Kinshasa lundi, sous le thème : « Développer au sein de l’espace francophone des chaines de valeur inclusives et durables ».

Selon Mme Amichia, développer le commerce au sein de l’espace francophone permettra de développer un commerce africain et identifier les secteurs ou les filières dans lesquelles chaque pays a l’avantage d’être compétitif. Cela, a-t-elle ajouté, aidera chaque pays de développer des opportunités d’investissement dans les différents secteurs, et permettra d’avoir une politique beaucoup plus régionale.

« Le Cepici est déjà à pied d’œuvre. Sa politique d’investissement vise à améliorer tout ce qui est environnement des affaires. Les codes des investissements doivent avoir les contenus avantageux et très importants », a-t-elle renchéri, avant d’indiquer que les chaines de valeur à développer entre Etats africains,  permettront  de développer des investissements africains ; d’avoir des opérateurs économiques africains du centre et de l’Ouest pour pouvoir communiquer et tirer profit de différentes opportunités qui sont dans chaque pays, afin de créer de l’emploi.

Dans la même catégorie