INFORPRESS Sal: Tribunal decreta prisão preventiva para mulher suspeita de homicídio ANP Niger : 756 femmes fistuleuses enregistrées par an, selon l’ONU AGP Gabon: L’exploitation d’un gisement de manganèse en gestation entre Okoloville et Mounana INFORPRESS As frases elogiosas a falecido bispo emérito Dom Paulino Évora INFORPRESS Fogo: Associação de Cabeça Fundão mobiliza recursos para construção de unidade de conservação e transformação de frutas INFORPRESS Sal/2019: Selecção de voleibol feminina alcança vitória consistente ante Argélia na estreia AGP Gabon : Grève des agents de l’ANGTI AGP Gabon : Ouverture du premier forum de l’entrepreneuriat social AGP Réforme institutionnelle de la CEEAC : Les experts du comité de pilotage en conclave à Libreville Inforpress Santo Antão: Desafios para saúde na ilha em debate durante a visita do director nacional de saúde

Appel de SM le Roi pour le dialogue avec l’Algérie : le Souverain développe une « vision pertinente » pour l’avenir des deux pays (expert sénégalais)


  9 Novembre      51        Politique (23376),

   

Dakar, 09/11/2018 (MAP) – SM le Roi Mohammed VI, qui a appelé à un dialogue franc et direct avec l’Algérie, développe une « vision pertinente » pour l’avenir des deux pays, a estimé l’expert international en analyse géopolitique, le Sénégalais Abdou Latif Aidara.

« En déclarant la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie, SM le Roi refuse de rester menotté au passé et développe une vision pertinente pour l’avenir des deux pays », a déclaré à la MAP, M. Aidara, directeur du Centre africain d’intelligence stratégique CISPaix.

« SM le Roi Mohammed VI vient encore de révéler une autre dimension de Sa grandeur et de Son esprit de dépassement, en proposant à Ses frères algériens la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation entre l’Algérie et le Maroc », a-t-il dit, ajoutant que cette structure aura pour mission d’examiner toutes les questions bilatérales aux fins de contribuer au renforcement de la concertation et de la coopération entre les deux pays, mais permettra également la coordination des propositions et initiatives émanant de part et d’autre, pour juguler le blocage qui plombe les relations entre les deux pays voisins et frères.

Certes tous les problèmes ne pourront être réglés d’un coup de baguette magique, a-t-il reconnu, relevant que « dans le cadre d’une impulsion séquentielle, certains prendront du temps à amorcer une dynamique de concorde mais par contre, d’autres peuvent être réglés à court terme si la volonté politique et la raison l’emportent sur les passions ».

« Je pense à la lutte contre le terrorisme, à la problématique de l’immigration, à la criminalité transfrontalière et au blocage de la frontière entre les deux pays qui étouffe les économies. En somme, trouver des solutions communes aux problèmes pressants qui leurs sont communs et qui handicapent fortement le développement des deux pays », a-t-il poursuivi.

« La frontière entre les deux pays longue de 1.900 kilomètres ne doit faire l’objet d’aucun contentieux raisonnable », a-t-il estimé, ajoutant qu' »il est temps que les discussions commencent pour restaurer la confiance, la paix, la sérénité et l’entente entre les deux pays ».

« Nous espérons que le gouvernement et le peuple algériens répondront favorablement à ce dialogue qui se fonde sur le respect des institutions nationales, pour l’intérêt des deux pays certes, mais aussi pour l’intérêt de l’Afrique et du Maghreb Arabe », a-t-il conclu.

Dans la même catégorie