APS PLUS DE 3.000 PERSONNES VACCINÉES DANS LA RÉGION DE THIÈS APS SÉDHIOU : DES VIVRES ET DES PRODUITS HYGIÉNIQUES POUR PLUS DE 300 TALIBÉS APS VINGT-CINQ VILLAGES DE SANDIARA ACCÈDENT À L’EAU POTABLE MAP CAN 2021-U20 (demi-finale): L’Ouganda bat la Tunisie par 4-1 et se qualifie pour la finale AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’OSEFF organise une séance de dépistage des cancers du sein et du col de l’utérus AIP Côte d’Ivoire-AIP/Quinze cas de Covid-19 enregistrés depuis janvier dans l’Indénié-Djuablin AIP Communiqué du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique « Point de la situation de la COVID-19 au 1er/03/2021 » AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La Confédération des professionnels de la filière bovine s’installe à Séguéla AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Législatives 2021 : la chefferie traditionnelle de Séguéla et la CNDHCI pour un scrutin apaisé AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le projet de déploiement de la SOTRA à Bouaké effectif à la prochaine rentrée scolaire

Approbation du projet de loi sur la convention d’exploitation minière entre le Congo et la Soremi S.a


  21 Janvier      16        Politique (15437),

   

Brazzaville, 21 Janvier (ACI) – Le conseil des ministres réuni en session hebdomadaire, sous la direction du Chef de l’Etat, M. Denis Sassou-N’Guesso, a approuvé, le 20 janvier, à Brazzaville, le projet de loi sur la convention d’exploitation minière entre la République du Congo et la Société de recherches et d’exploitation minières (Soremi S.a.).

Selon le compte rendu publié à l’issue de cette réunion, ce texte présenté par le ministère des Mines et de la Géologie sera transmis au Parlement pour examen et adoption.

Présentant le projet devant les membres du gouvernement,  le ministre des Mines et de la géologie, M. Pierre Oba, a indiqué que la Soremi S.a., exerce ses activités suivant un cadre légal et réglementaire.

Sur la base de ces différents instruments juridiques, la Soremi est ainsi devenue la première entreprise minière au Congo à installer une usine de transformation des minerais, afin de mettre à disposition un produit totalement fini, susceptible d’être placé sur le marché international des métaux. Les cathodes de cuivre qui sortent ainsi de l’usine de Mbandza (district de Mfouati) sont de garde A, avec une teneur de cuivre de 99,99%.

Il a cité, à cet effet, des instruments juridiques tels que les décrets n°2005-248 et n°2005-249 du 07 juin 2005, portant sur les permis de recherches minières dits « Boko-Songho » et « Yanga-Koubandza » ; les décrets n°2007-288 et 2007-289 du 31 mai 2007, portant sur les permis d’exploitation des polymétaux (cuivre, zinc et plomb), dénommés « Boko-Songho » et « Yanga-Koubandza » ; l’autorisation provisoire du 05 mai 2015 du Ministère chargé de l’Environnement, approuvant l’étude d’impact environnemental et social de Soremi.

D’autres documents sont l’autorisation d’exercer l’activité industrielle du 17 juin 2015, délivrée par le ministère du Développement industriel et de la promotion du secteur privé ; l’autorisation d’ouverture des activités du 10 août 2017, délivrée par le ministère de l’environnement et la convention d’exploitation minière signée avec le Gouvernement le 21 février 2008, ainsi que ses avenants.

Selon le compte rendu, le projet avait prévu quatre phases de développement. La phase1 a porté sur la construction d’une usine de traitement des minerais de cuivre, d’une capacité d’environ 20.000 tonnes de cathodes de cuivre par an. A cet effet, des infrastructures étaient à réaliser, dont la construction d’une ligne à haute tension de 110 KVa, sur environ 30 kms pour alimenter l’usine et la réhabilitation de la route Mfouati-Boko Songho.

Tandis que la phase II est celle de la réalisation des essais métallurgiques de récupération du zinc et du plomb à partir des minerais du gisement de Yanga-Koubandza, très proche de l’usine. La troisième phase concerne la construction d’une usine de traitement des minerais de zinc, afin de produire des cathodes de zinc (25.000 tonnes par an) afin de produire des lingots ou du concentré de plomb.

La dernière     phase, la quatrième, dépend de la réussite des travaux de recherches géologiques des minerais sulfurés de cuivre, dans le périmètre des deux permis d’exploitation de la société.

Les phases 1 et 2 ont été totalement réalisées, avec comme point culminant l’inauguration officielle en 2019 de l’usine par le Président de la République pour la première phase. Le Ministre Oba a indiqué aux membres du conseil des ministres que les investissements réalisés sont évalués à 294.590.000 dollars américains pour la phase 1.

La phase 3 a pu démarrer malgré le contexte mondial de crise dû à la baisse des cours des métaux. Ainsi, sur la période 2019-2022, il est prévu le financement de la construction d’une usine de production des cathodes de zinc, d’une teneur de 99,99% et d’une capacité de 25.000 tonnes par an, et ce pour un investissement prévu à hauteur de 24.500.000 dollars.

D’autre part, une usine de production de lingots de plomb devrait être installée sur la période 2021-2023, avec une production projetée de 20.000 tonnes par an, sur la base d’un investissement évalué à 49.440.000 dollars. Cette entreprise a commencé à verser une somme de 30 millions de Fcfa par an à chacun des deux districts, pour leurs besoins socioéconomiques, a-t-il précisé

La Soremi représente un bassin local de plus de 600 emplois permanents. Enfin, l’entreprise a réalisé plusieurs travaux contribuant au mieux-être des populations locales. On peut ainsi citer : des forages d’eau ; la rénovation du collège de Boko-Songho ; la réhabilitation de ponts et routes ; remise de tables-bancs aux écoles de Mfouati, mise à disposition de moyens de transport d’urgence médicale, etc, a expliqué le ministre des mines et de la géologie.

Dans la même catégorie