GNA Headmistress of BOSTEC appeals for infrastructure to boost free SHS GNA Excessive abuse of agro-chemical, threat to consumers and environment ANP Lutte contre le terrorisme : 18 ‘’terroristes’’ et 5 autres arrêtés dans une opération conjointe (ministère de la défense) ABP Le plan de communication des actions du PAG au cœur de la CAD/Atl-Lit ABP Le rapport d’activités à mi-parcours de la DDAEP examiné à la conférence administrative départementale du Couffo INFORPRESS Administrador do porto da Praia diz que turismo de cruzeiros teve evolução positiva de 25 % na última década ACP Le Grand Inga, un projet stratégique pour la RDC et toute l’Afrique ANGOP Moçambique: Volume do comércio externo aumenta entre EUA/África ANGOP CAN2019: Ministra representa PR na abertura ANGOP PR apela ao contínuo apoio às vítimas da seca

Après la Banque mondiale, le FMI réduit à la baisse ses prévisions de croissance pour l’Afrique du Sud


  9 Octobre      32        Economie (23974),

   

Johannesburg, 09/10/2018 (MAP) – Le Fonds monétaire international (FMI) vient de réduire à la baisse ses prévisions de croissance pour l’économie sud-africaine, emboitant le pas à l’autre institution de Bretton Woods, la Banque mondiale, qui s’est déjà dite préoccupée par l’incertitude qui s’accentue dans ce pays d’Afrique australe.
Dans son rapport sur la situation de l’économie mondiale pour le mois d’octobre, le FMI a mis en garde que les perspectives de croissance de l’économie sud-africaine demeurent incertaines à l’approche des élections générales prévues dans le pays en 2019.
Pour cette raison, le Fonds estime que le Produit Intérieur Brut (PIB) de ce pays devra réaliser en 2018, une croissance de 0,8 pc seulement contre une prévision initiale de l’ordre de 1,5 pc. Pour 2019, ce taux grimpera à 1,7 pc, selon la même source.
Le FMI, qui s’est félicité des mesures annoncées récemment par le président Cyril Ramaphosa notamment en ce qui concerne la lutte contre la corruption, souligne que l’Afrique du Sud a besoin d’une politique de consolidation fiscale pour renforcer les finances publiques.
Davantage de réformes sont nécessaires pour dissiper l’incertitude, améliorer l’efficacité des entreprises publiques, promouvoir la flexibilité du marché de l’emploi et renforcer l’éducation de base, a dit le FMI.
L’évaluation du Fonds intervient quelques jours seulement après celle de la Banque mondiale qui a estimé que le PIB sud-africain devra augmenter de 1 pc en 2018 contre une prévision initiale de 1,4 pc.
Ces estimations des institutions de Bretton Woods mettent en doute le plan de relance économique dévoilé récemment par Ramaphosa pour redynamiser une économie moribonde.
Des chiffres publiés récemment par l’office national des statistiques (gouvernemental) ont montré que l’Afrique du Sud a replongé dans la récession au deuxième trimestre de l’année en cours après deux trimestres successifs de croissance négative.
Le pays se débat depuis des années avec une croissance molle et un taux de chômage record frappant plus de 27 pc de la population active.

Dans la même catégorie