APS PLUS DE 147 MILLIARDS DE FRANCS CFA ALLOUÉS AU MINISTÈRE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES EN 2022 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le COMADE effectue sa rentrée politique AIP Côte d’Ivoire-AIP/Eliminatoire mondial 2023 : Les Eléphants basketteurs dominent les Guinéens (80-69) APS OMICRON : L’OMS RECOMMANDE L’AMÉLIORATION DE LA SURVEILLANCE SANITAIRE APS AÏSSATA TALL SALL SOUHAITE ’’LA POURSUITE ET L’APPROFONDISSEMENT’’ DE LA COOPÉRATION AVEC LA CHINE APS ABDOULAYE DAOUDA DIALLO : ’’LA RESTAURATION DU POSTE DE PREMIER MINISTRE N’AURA PAS D’INCIDENCE MAJEURE SUR LA LFI 2022’’ APS LIGUE 1 : NDIAMBOUR TENUE EN ÉCHEC PAR GORÉE (1-1) APS YOUSSOU NDOUR INVITE LES ETATS AFRICAINS À DAVANTAGE SOUTENIR LEURS AGENCES DE PRESSE PUBLIQUES APS OUVERTURE D’UNE RENCONTRE BILATÉRALE ENTRE LE SÉNÉGAL ET LA CHINE APS DES ARBITRES EN SÉMINAIRE DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS, DÉBUT DÉCEMBRE

Atelier bilan de la gestion du contentieux électoral communal par la Cour Suprême à Porto-Novo


  20 Octobre      18        Politique (19507),

   

Porto-Novo, 20 Oct. (ABP) – Le président de la Cour suprême du Bénin, Ousmane Batoko, a lancé lundi au siège de l’institution à Porto-Novo, les travaux d’un atelier-bilan de la gestion du contentieux électoral communal et municipal de 2020, en présence des représentants des partis politiques, juristes, représentants des institutions partenaires et autres acteurs impliqués.
Il s’agit pour les conseillers, avocats généraux, greffiers, animateurs de la Cour suprême et les acteurs conviés à cette rencontre de faire une évaluation de la gestion du contentieux électoral communal et municipal de 2020.
Pour le président de la chambre administrative de la Cour suprême du Bénin, Victor Dassi Adossou, en décidant de la tenue de cet atelier, le président de la haute juridiction a accédé à la requête formulée par le comité de pilotage de la gestion du contentieux électoral. Les membres dudit comité, rappelle-t-il, ont émis le souhait de voir le juge électoral de la Cour suprême évaluer son office dans les temps immédiatement voisin de la fin de la phase opérationnelle de la gestion du contentieux électoral.
A l’en croire, tirant leçon de l’expérience de 2015, le président de cette juridiction a voulu que les principaux acteurs de la gestion du contentieux électoral porté devant la Cour Suprême suite aux élections communales et municipales de mai 2020, fassent le point et procèdent à l’évaluation de l’œuvre juridictionnel accomplie en cette circonstance.
Selon le président de la Cour suprême du Bénin, Ousmane Batoko, les deux cent soixante-trois (263) recours portés devant le juge électoral de la haute juridiction étant vidés, il est donc utile au regard du résultat obtenu, de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur. Nous voici par conséquent, réunis, souligne-t-il, cette fois-ci pour évaluer, sans faux-fuyant, notre action de gestionnaire du contentieux des élections des exécutifs locaux.
Pour lui, les débats scientifiques de cet atelier-bilan ne doivent poursuivre qu’un seul but. Celui d’apporter aux uns et aux autres, des réponses juridiques concrètes, des apports jurisprudentiels pour une réponse consensuelle aux questions posées à l’occasion des litiges portés devant la Cour Suprême, juridiction siégeant en matière électorale.
Rappelons que plusieurs communications portées sur des thématiques juridiques vont meubler cet atelier de deux jours.

Dans la même catégorie