APS COVID-19 : LE SOUTIEN DE LA FAMILLE DU FOOTBALL ESTIMÉ À PLUS DE 109 MILLIONS DE FRANCS (COMMUNIQUÉ) ANGOP Executivo « baixa » preço de venda de diamantes ANGOP COVID-19: Polícia impede entrada ilegal de 19 cidadãos da RDC ANGOP Executivo reduz ministérios de 28 para 21 APS VERS UN PARTENARIAT ‘’BÉNÉFIQUE’’ ENTRE LE COSEC ET L’APS APS COVID-19 : LES SOCIÉTÉS DE LIVRAISON S’ADAPTENT AUX NOUVELLES MESURES APS COVID-19 : UN SÉNÉGALAIS S’ILLUSTRE DANS LA LUTTE CONTRE LA PANDÉMIE EN ITALIE ANG Decretado Estado de Emergência na Guiné-Bissau ANG Comunidade internacional disponibiliza 16 milhões de dólares para combater coronavirus ANP La pandémie du COVID 19 : Le Président de la République prend des mesures sociales

Atelier de réflexion sur la mise en place du Fonds de promotion des jeunes entrepreneurs


  19 Décembre      8        Emploi (199),

   

La direction de l’Emploi et entreprenariat des jeunes, du ministère de la Jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté, située dans la commune de Kalamu, a organisé, mercredi, un atelier national de réflexion sur la mise en place du Fonds de promotion des jeunes entrepreneurs et la paix, sous la direction du directeur chef des services de cette structure, Ferdinand Luki.

Les participants à ces assises, a-t-il indiqué, ont échangé sur les questions portant sur les trois commissions, à savoir : la commission de la structure organique, celles les structures juridiques, ainsi que de la mobilisation des fonds.

Pour la commission chargée de la structure organique, le Fonds sera constitué d’un conseil d’administration, d’une direction générale et d’un collège des commissaires aux comptes, a-t-il dit, avant d’ajouter que ce Fonds, une fois mis en place, sera sanctionné par un arrêté ministériel portant son organisation et son fonctionnement qui doit définir les attributions, ainsi que d’un comité de suivi et évaluation.

A cet effet, un plan de travail avec les partenaires pour monter des projets fiables doit être mis en œuvre, souligne la source, précisant que la direction invite d’autres acteurs à s’approprier de ce Fonds de promotion des jeunes entrepreneurs, pour développer leurs entreprises et participer ainsi au développement national par la création des entreprises et des emplois en faveur des jeunes.

M. Luki a souligné que le problème d’emploi a été longtemps soulevé dans différentes conférences des chefs d’Etat et de gouvernement africain ainsi que dans le Document stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSCRP).

Néanmoins, il a rappelé qu’un groupe restreint sera chargé d’élaborer le projet d’arrêtés portant fonctionnement du Fonds, avant son envoi à la hiérarchie pour sa bonne application.

Vers un appui à l’insertion des jeunes formés dans le circuit professionnel informel

La direction de l’Emploi et entrepreunariat des jeunes, du ministère de la Jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté, a placé l’appui à l’insertion des jeunes formés dans le circuit professionnel informel, au centre de ses préoccupations, au cours de la rencontre d’évaluation du 4ème trimestre de l’année 2019, avec les cadres de cette direction.

Selon le directeur chef des services, Ferdinand Luki, la phase après formation préoccupe au plus degré les responsables de la jeunesse, car des milliers des maisons d’apprentissage et les centres de formation professionnelle installés en provinces et à Kinshasa déversent chaque année des finalistes sur le marché de l’emploi, qui risquent d’être exposés au chômage par manque d’accompagnement.

Il a, à cet effet, noté que sa direction s’inscrit dans le cadre du programme de l’emploi de l’OIT et du Document des stratégies pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSCRP) pour solliciter l’appui des autorités et des partenaires au développement en faveur des jeunes finalistes en vue de les former comme des entrepreneurs indépendants.

C’est de cette façon, a-t-il indiqué, qu’on arrivera à concrétiser le programme d’insertion des jeunes en équipement par l’organisation des ateliers techniques pilotes des activités telles que : l’inventaire des jeunes finalistes en chômage, l’organisation des sessions de renforcement des capacités sur la gestion et la création des sites chantiers en provinces en vue promouvoir l’occupation des jeunes dans le cadre de l’approche HIMO, ainsi que la création d’une structure de suivi.

Il a informé ses interlocuteurs sur les démarches en cours afin d’appuyer les jeunes sourds-muets formés dernièrement à l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) en coupe et couture, mécanique, hôtellerie, menuiserie, esthétique, etc.

M. Luki a interpellé les autorités compétentes locales ainsi que les partenaires au développement de leur venir en aide.

Dans la même catégorie