GNA ‘Achisco 92′ Group congratulates Mad. Owusu-Banahene, Bono RM designate GNA Police retrieves stolen coffin from burial service GNA Hunger Project Ghana hands over Epicentre to community AIP Côté d’Ivoire-AIP/ L’ONG Verbatims remet deux infrastructures communautaires réhabilitées à Biankouma-village AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Le préfet d’Issia exhorte les acteurs politiques à une campagne apaisée AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La fondation Konrad et le RAIDH appellent les populations de Man à la culture de la paix durant les législatives AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La société civile et le ministère de l’Intérieur appellent les populations de Man à des législatives apaisées AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le « One Stop Center » de Bouaké officiellement ouvert AGP Election à la CAF 2021 : cinq candidats lancés dans la course à la présidence AGP Siguiri/ Administration : Prise de fonction du nouveau secrétaire général

Atelier de réflexion sur l’entretien des routes de desserte agricole dans trois provinces de la RDC


  1 Février      15        Agriculture (1957),

   

Kinshasa,1er février 2021 (ACP)-Le secrétaire général du ministère de développement rural, Léon Kalambay, a ouvert lundi à Kinshasa, un atelier de réflexion portant sur la stratégie d’entretien et de maintenance des routes de desserte agricole dans les provinces du Nord-Ubangi, du Sud-Ubangi et de la Mongala, où le Projet d’appui à la réhabilitation et à la relance du secteur agricole (PARSSA) intervient.

Pendant deux jours, soit du 1er au 2 février, les participants issus des services publics, des bailleurs de fonds, des provinces concernées et des détenteurs de projets évoluant dans ce secteur, vont réfléchir sur des stratégies à mettre en œuvre, en vue de pérenniser les routes de desserte agricole réhabilitées par le PARRSA entre 2010-2016 sur un financement de la Banque mondiale (BM) à hauteur de 120.000.000 (cent vingt millions) USD.

M.Kalambay a salué le travail abattu par le PARSSA dans les trois provinces précitées, indiquant que la maintenance des routes réhabilitées constitue une véritable préoccupation du gouvernement au vu d’énormes moyens financiers engagés pour les rendre praticable. Il a demandé aux autorités des trois provinces concernées par ledit projet de faire preuve de leadership et de bonne gouvernance dans la gestion.

Cet atelier, a-t-il poursuivi, rejoint un travail antérieur du genre dont le rapport avait préconisé quelques pistes des solutions pour la durabilité de ces routes à savoir, l’implication des communautés locales ; le respect des normes et de la qualité ainsi que le renforcement des capacités des structures techniques existantes, avant d’émettre le vœu de voir le présent atelier intègres ces propositions dans ses réflexions.

Satisfecit de la BM sur le travail abattu par le PARSSA

Par ailleurs, le représentant du directeur des opérations de la Banque mondiale (BM) en République démocratique du Congo (RDC), Moustapha Ahamadou Ndiaye, a apprécié le travail abattu par le PARSSA et a laissé entendre : « Le PARRSA a réalisé des résultats palpables dans les trois provinces, qui méritent d’être consolidés dans les domaines agricoles, des infrastructures et de la production animale. Ce sont ces résultats qui ont poussé la BM à accorder un financement additionnel de l’ordre de 75.000.000 (soixante-quinze millions) USD pour une durée de 03 (trois) ans, à dater de 2017, après le premier qui est arrivé à terme à la fin de 2020 ».

Pour lui, la durabilité des routes réhabilitées est essentielle et ces trois provinces de la RDC ont la chance d’être les pionnières ayant eu à bénéficier des interventions du PARRSA.
L’apport de l’UNOPS en RDC

La conseillère en développement des partenariats au sein du bureau des Nations-Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS), Kaffen Félix, a fait savoir que le bureau des Nations-Unies a appuyé le PARRSA à travers la réhabilitation et la réouverture des routes de dessertes agricoles ainsi que la construction des marchés et des entrepôts.

Quant à la représentante du directeur-pays de l’UNOPS en RDC, Tatiana Wah, elle a soutenu que sa structure est maître d’ouvrage délégué pour la mise en œuvre de la composante de l’amélioration et de renforcement des infrastructures locales, ajoutant que l’UNOPS tient à ce que toutes les interventions aient un impact social.

Selon elle, le projet PARRSA a permis de désenclaver des zones de production et a également permis l’accès des producteurs dans les zones de commercialisation à travers la réhabilitation de 1.988 Km de routes de desserte agricole en recourant à la méthode de la haute intensité des mains d’œuvre (HIMO), prenant en compte le genre avec une participation de 20% des femmes.

Elle est revenue sur la nécessité de pérenniser les routes pour lesquelles, sa structure a entamé les consultations dont l’atelier sert de pierre angulaire au processus. Cette rencontre permettra à l’UNOPS de partager l’expérience sur la question, a-t-elle conclu.
Pour rappel, l’UNOPS a une expérience de 30 (trente) ans et intervient dans 80 (quatre-vingt) pays dont la RDC, avec un effectif global de 7.000 (sept mille) unités.

Dans la même catégorie