MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines AIP Côte d’Ivoire/ Les résultats de la 24è journée du championnat de ligue 1 MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique AIP La CAF réduit le nombre des clubs ivoiriens en coupes interclubs MAP FIAB-2019 à Essaouira: Focus sur la beauté et l’innovation comme vecteurs de l’économie responsable en Afrique MAP La sécheresse réduirait de 1 point de pourcentage les prévisions de croissance économique du Kenya pour 2019 (Banque centrale) ACP Une marche de soutien au Président de la République suite à l’annulation de la condamnation de Moise Katumbi Chapwe ACP Les prix de la viande, du poisson, du poulet et du sucre en hausse sur le marché kinois ACP L’Agence congolaise de presse dotée d’un lot d’ouvrages

BAABA MAAL :  »LA COLLABORATION AVEC LES JEUNES NOURRIT LES PLUS ANCIENS »


  13 Octobre      20        Arts & Cultures (2472),

   

Dakar, 13 oct (APS) – La collaboration avec de jeunes musiciens permet à des artistes plus anciens de se nourrir d’expériences pouvant leur permettre de continuer à exister, a affirmé jeudi le musicien sénégalais Baaba Maal, invité de la rédaction de l’Agence de Presse sénégalaise.

 »Ça nous nourrit. C’est quelque chose qui vient booster notre énergie pour continuer à exister. Je ressens cela avec les jeunes avec qui je collabore », a-t-il notamment dit en réponse à une question sur son travail avec le Positive Black Soul, au début de ce groupe de rap au début des années 1990, et le Takeifa, récemment, en 2017.

Selon lui, cet échange avec de jeunes musiciens est  »quelque chose » qu’il leur doit.  »A un certain moment de ma vie, il n’y avait pas beaucoup de musiciens qui pouvaient m’apporter quelque chose, sauf apprendre d’eux, de très loin, a-t-il expliqué. Merci à eux de m’avoir laissé apprendre. J’ai eu le soutien de certaines personnalités comme Samba Thiam, les Amadou Ndiaye Samb, Abdoulaye Naar Samb…On m’a soutenu à un certain moment, donc c’est mon devoir de soutenir à mon tour. »

 »Bien que je dise que pour qu’un artiste puisse être ce qu’il est, il faut que ça vienne de lui. Mais on peut venir les inspirer, les accompagner, les encadrer s’ils veulent’, a poursuivi le leader du Daande Le ñol.

Revenant sur son travail avec le Positive Black Soul, un de groupes phare de la scène rap des années 1990 et début 2000, il s’est dit  »très content d’avoir participé à les accompagner », estimant toutefois que ce sont des artistes qu’il a rencontrés  »à un moment de leur carrière où ils sont là, avec leur propre talent ».

 »Je ne leur ai rien appris. J’ai trouvé qu’ils étaient très talentueux », a-t-il souligné.
Pour Jack et le Takeifa, Baaba Maal a estimé qu’ils sont aussi  »très talentueux », ont  »beaucoup d’estime » pour lui.  »Ils sont venus au studio au milieu de leur production. Même la chanson sur laquelle nous avons fait un featuring avait déjà été composée », a-t-il expliqué.

ADC/ASG

Dans la même catégorie