APS L’ASSU OFFRE DES CONSULTATIONS MÉDICALES GRATUITES POUR LANCER SES ACTIVITÉS ANP Niamey : Lancement des initiatives de la BIT sur les sciences et la finance islamique ANP Bientôt un complexe commercial de l’université islamique à Niamey MAP Nigeria: six soldats tués dans une attaque de Boko Haram APS LE PM LANCE LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES DANS LE SALOUM AIP Côte d’Ivoire: Des résultats probants enregistrés à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) AIP Côte d’Ivoire: Un homme se suicide pour protester contre la conversion de sa femme au christianisme AIP Côte d’Ivoire: Les musulmans de Tiassalé invités à taire leurs querelles MAP La 2ème édition des rencontres africaines d’intelligence économique à Dakhla en juin prochain MAP Burundi: une famille de six personnes décimée par des pluies diluviennes

Bénin :1862,918 milliards de francs Cfa pour le budget général de l’Etat en 2018


  2 Novembre      37        Economie (21998), Finance (3698),

   

Porto-Novo, 02 Nov 2017(ABP)– Le budget général de l’Etat exercice 2018 a connu une baisse de 147,668 milliards de francs par rapport à 2017 avec toutefois de bonnes perspectives au titre de 2018, a appris ce mardi l’ABP au cours du séminaire organisé à l’endroit des députés en vue de l’appropriation dudit budget.
Le projet de loi des finances pour la gestion 2018 s’équilibre en ressources et en charges à la somme de 1862,918 milliards de francs contre 2010,586 milliards de francs en 2017. Il a connu un recul de 147,668 milliards de francs CFA correspondant à un taux de -7,3%. Les prévisions de dépenses budgétaires s’établissent à 1406,318 milliards contre 1697,986 milliards en 2017.
Cette baisse de 291, 668 milliards s’explique, à en croire M Gratien Laurent Ahouanménou, conseiller technique intervenant audit l’atelier, par l’option faite par le gouvernement de poursuivre en partenariat public privé les réformes liées à l’amélioration de la qualité de la dépense publique. Ce projet de budget, confie-t-il, conformément aux recommandations issues des débats d’orientation budgétaires, a tenu compte de la conjoncture économique actuelle et du réalisme budgétaire tout en accordant une attention particulière au problème de chômage des jeunes et au volet social dans toutes réformes ou restructuration envisagées.
La politique économique du gouvernement en 2018 serait orientée vers la poursuite de la mise en œuvre du PAG. Sur cette base les révisions de croissance économique au plan national tableraient sur un taux de 06% contre 5,4% en 2017.
Les interventions publiques au titre de 2018 devraient permettre de d’atteindre un taux de croissance du Pib réel de 6%, un taux d’inflation maîtrisé au tour de 2,1%, un taux de pression fiscale de 14,4% et un solde budgétaire global déficitaire qui s’établirait à 4,6% du Pib. Cette accélération de la croissance économique nationale, rassure-t-on, sera possible grâce à la réduction de la vulnérabilité de l’économie aux chocs exogènes, au développement équilibré et durable de l’espace national et à la bonne gouvernance dans tous les secteurs de la vie publique.

Cependant, des craintes subsistent et pourraient venir de l’instabilité économique du Nigéria voisin, de la baisse des activités liées au secteur des véhicules d’occasion, des grèves en cours dans plusieurs secteurs, d’un marché intérieur limité, de l’insuffisance des infrastructures d’énergie et de transport et la faible capacité de production des infrastructures de transformations et de la conjoncture économique internationale, régionale et nationale.
ABP/MS/DKJ/AE

Dans la même catégorie