MAP L’engagement du Maroc en matière de coopération Sud-Sud est guidé par une Vision Royale clairvoyante plaçant l’élément humain au cœur des préoccupations APS UN LYCÉE À GÉNÉRATION FOOT POUR MIEUX METTRE EN EXERGUE ’’LA DIMENSION ÉDUCATIVE DU SPORT’’ ACP Une délégation de l’U.E reçue par le Président Félix-Antoine Tshisekedi APS MODERNISATION TITRES DE TRANSPORTS : LES PREMIÈRES CARTES GRISES NUMÉRISÉES REMISES À LEURS DÉTENTEURS APS PARIS : UNE SCULPTURE DE BRONZE EN HOMMAGE AU SCULPTEUR OUSMANE SOW APS FEMMES ET SCIENCE : LES DOCTORANTES SÉNÉGALAISES INVITÉES À PARTICIPER AU PROGRAMME L’ORÉAL/UNESCO AIB Burkina : naissance d’un parti pro-Kaboré AIB Burkina : une organisation de la société civile accuse le pouvoir de vouloir sa liquidation AIB Bertrand Traoré incertain, 3 autres joueurs forfaits contre la Mauritanie APS PLAIDOYER POUR UNE RÉFORME DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE

Bénin: Le budget primitif exercice 2018 de la commune de Karimama voté à plus d’un milliard


  15 Décembre      31        Economie (22856), Finance (3735),

   

Porto-Novo, 15 Décembre 2017 – (ABP)- Les membres du conseil communal de Karimama ont voté ce mercredi, sous la houlette du maire Maman Bello Moussa, le budget primitif exercice 2018 qui s’élève à un milliard deux soixante un million six cent seize mille six cent trente-deux (1.261.616.632) francs CFA.
Au cours de ces travaux comptant pour la troisième session extraordinaire de l’année, le conseil a amendé et adopté le rapport de la commission permanente chargée des affaires économiques et financières relatif à l’étude diagnostique sur la mobilisation des ressources locales dans la commune et le plan de travail annuel (PTA) 2018.
Le conseil communal de Karimama a fait ressortir par ailleurs, les tenants et les aboutissants du faible taux de consommation du fonds de développement des communes FADEC.
A en croire les explications du maire de Karimama, Maman Bello Moussa, le faible taux de consommation du fonds de développement des communes octroyé à sa commune n’est nullement lié à l’incompétence des cadres de sa commune, encore moins au manque de volonté de son équipe. Mais, plutôt à la position de cette commune, par rapport aux structures étatiques pouvant leur faciliter la tâche et surtout la lourdeur administrative.
Ces fonds, souligne–t-il, viennent souvent dans le mois d’octobre. Pour que tout soit mis en œuvre pour le décaissement, il faut attendre janvier ou février de l’année suivante et dans les mois de juillet, août, la commune de Karimama est coupée du reste du monde du fait de l’impraticabilité de la principale voie d’accès. Toutes choses, fustige le maire Moussa Bello Moussa, militent en défaveur de la commune.
ABP/BNS/DKJ/AE

Dans la même catégorie