AIP Côte d’Ivoire / Le ministre Sidi Touré annonce une évaluation trimestrielle du Programme social du gouvernement AIP Côte d’Ivoire/ Vers un encadrement des potières de Katiola par le centre céramique AIP Côte d’Ivoire/ Vingt ans de prison ferme pour les braqueurs d’Adjouan (Aboisso) AIP Côte d’Ivoire / L’encadrement des jeunes et des femmes entrepreneurs, une nécessité (Esmel Essis) MAP Marathon International de Marrakech: plus de 9.000 coureurs à la 30è édition MAP Attentat de Nairobi: Quatre employés de l’hôtel DusitD2 tués et 3 autres blessés (DG) MAP Onze suspects liés à l’attentat terroriste de Nairobi arrêtés par la police kényane (Presse) MAP Elections en RDC : l’UA demande « la suspension de la proclamation des résultats définitifs » GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP

Bénin: Le budget primitif exercice 2018 de la commune de Karimama voté à plus d’un milliard


  15 Décembre      28        Economie (21990), Finance (3696),

   

Porto-Novo, 15 Décembre 2017 – (ABP)- Les membres du conseil communal de Karimama ont voté ce mercredi, sous la houlette du maire Maman Bello Moussa, le budget primitif exercice 2018 qui s’élève à un milliard deux soixante un million six cent seize mille six cent trente-deux (1.261.616.632) francs CFA.
Au cours de ces travaux comptant pour la troisième session extraordinaire de l’année, le conseil a amendé et adopté le rapport de la commission permanente chargée des affaires économiques et financières relatif à l’étude diagnostique sur la mobilisation des ressources locales dans la commune et le plan de travail annuel (PTA) 2018.
Le conseil communal de Karimama a fait ressortir par ailleurs, les tenants et les aboutissants du faible taux de consommation du fonds de développement des communes FADEC.
A en croire les explications du maire de Karimama, Maman Bello Moussa, le faible taux de consommation du fonds de développement des communes octroyé à sa commune n’est nullement lié à l’incompétence des cadres de sa commune, encore moins au manque de volonté de son équipe. Mais, plutôt à la position de cette commune, par rapport aux structures étatiques pouvant leur faciliter la tâche et surtout la lourdeur administrative.
Ces fonds, souligne–t-il, viennent souvent dans le mois d’octobre. Pour que tout soit mis en œuvre pour le décaissement, il faut attendre janvier ou février de l’année suivante et dans les mois de juillet, août, la commune de Karimama est coupée du reste du monde du fait de l’impraticabilité de la principale voie d’accès. Toutes choses, fustige le maire Moussa Bello Moussa, militent en défaveur de la commune.
ABP/BNS/DKJ/AE

Dans la même catégorie