AIP Côte d’Ivoire/ Le CNDH s’enquiert des causes des conflits inter-communautaires à Ferkessédougou AIP Côte d’Ivoire/ Programme  »Eau pour tous »: Le ministre Siaka Ouattara rend hommage au Chef de l’Etat AIP Côte d’Ivoire/ Le nouveau chef de Grand-Alépé intronisé AIP Côte d’Ivoire/ Plus de 1100 tables-bancs remis aux écoles primaires de la commune de Soubré AIP Côte d’Ivoire/ Des fonds pour soutenir la planification familiale à Soubré AIP Côte d’Ivoire/Des enseignants de Dimbokro exhortés au travail et à la persévérance AIP Côte d’Ivoire/ Le ministre Bruno Koné sensibilise à la paix à San Pedro AIP Côte d’Ivoire/Des enseignants célébrés à Dimbokro AIP Côte d’Ivoire / Les meilleurs élèves des écoles sur le site de la mine de Tongon récompensés AIP Côte d’Ivoire / Du matériel informatique offert à des responsables de l’éducation à Ouéréguékaha

BENIN : «Le gouvernement aurait bien voulu finir le chantier de l’Assemblée nationale mais ce sont les entreprises locales qui ont été défaillantes», dixit Fonton Noêl


  1 Avril      48        Economie (24422), Entreprises (1271),

   

Porto-Novo, 1er Avril 2016 (ABP) – Le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Assainissement, Noêl Fonton, a tenu ce vendredi sur le chantier de l’Assemblée nationale à Porto-Novo, un bref point de presse où il a fait le point d’exécution des travaux dudit chantier et reconnu malgré lui l’incapacité du gouvernement à finir les travaux à temps.
Vingt milliards de francs CFA, c’est le montant total décaissé par le gouvernement jusqu’en 2016 et qui en définitive n’a permis que d’atteindre un taux d’exécution de 50% environ.
A en croire Noêl Fonton, le gouvernement a affiché toute sa volonté de finir ce chantier mais ce sont plutôt les entreprises locales qui ont été défaillantes. Ces entreprises, a-t-il expliqué, n’arrivaient pas à respecter les différents plannings d’exécution en dépit des multiples mises en demeure à elles faites, ce qui explique la mise en régie contrôlée des travaux depuis août 2015.
Le ministre a aussi estimé que le grand retard enregistré dans l’achèvement des travaux est également dû à beaucoup de malfaçons relevées sur le chantier, lesquelles ont conduit à plusieurs démolitions et reprises de travaux de gros œuvres.
Il revient donc au prochain régime de conduire les travaux à terme, a-t-il indiqué. Le chantier de construction du siège de l’Assemblée nationale avait démarré depuis 2009.
ABP/MS/TB/AE

Dans la même catégorie