GNA USA, Saudi Arabia, Kuwait, Russia refuse to « welcome » Climate report GNA Ghana’s COP24 delegates engage in negotiations on adaption and mitigation GNA Earth tremor confirmed in parts of Accra MAP Affaire d’enlèvement d’une humanitaire italienne au Kenya: Un officier de la police judiciaire et un haut responsable du KWS parmi les suspects MAP Nigeria: deux soldats tués dans l’attaque d’une base militaire dans le nord du pays MAP Sénégal : le Programme triennal d’investissements mobilise près de 10 milliards euros ACP Le professeur Mwilanya présente les salutations du Chef de l’Etat à la population du Sud-Kivu ACP Le ministre de la Communication et des médias appelle la population de Lodja au patriotisme ACP Début de déploiement des observateurs électoraux de la SADC en RDC GNA 61 year old American wins Women’s 5K Run

Bénin: Les autorités judiciaires en conclave à Djougou pour maîtriser le phénomène de criminalité dans la Donga


  14 Novembre      5        Securité (4705),

   

Porto-Novo, 14 Nov.(ABP) – A la faveur de la première rencontre périodique d’échanges des procureurs de la République du ressort de la cour d’appel de Parakou au titre de l’année judiciaire 2018-2019, qui s’est ouverte, ce mardi, au Tribunal de première instance de 2ème classe de Djougou, les autorités judiciaires entendent chercher des voies et moyens pour maitriser et réduire le phénomène de criminalité sous toutes ses formes dans le département de la Donga.

A l’ouverture des travaux qui a connu la présence du Secrétaire général de la préfecture de Djougou, Issiaka Moussa Yaya, représentant le préfet de la Donga, du maire de Djougou, Abischaï A. Akpalla, des officiers de la police judiciaire et des eaux, forêts et chasse du département, le procureur général de la cour d’appel de Parakou, Alexis A. Métahou a fait savoir que la présente rencontre a pour thème « La criminalité dans le département de la Donga : Analyse de la situation et approches de solutions ».

Pour lui, le choix de ce thème se justifie du fait qu’il y a une spécificité à Djougou qui, en réalité, n’est pas l’apanage de cette commune. A l’en croire, des comptes qui parviennent au Parquet général, il y a la récurrence de l’enlèvement suivi de rançons. « Des pères de famille notamment dans l’ethnie peulh, reçoivent de jour, comme de nuit, des individus qui procèdent sous menaces d’armes à leur enlèvement », a-t-il révélé. Le juge a également indiqué que « les victimes sont gardées dans les forêts et ne recouvrent leur liberté, qu’après paiement de rançon allant de 5 à 10 millions de francs CFA voire plus ».

Prenant la parole au nom du préfet, le Sg de la préfecture de Djougou, a remercié les autorités judiciaires pour le choix de ce thème. « Le département de la Donga n’est pas vraiment en marge des criminalités au Bénin », a-t-il reconnu avant de renchérir que c’est à Bassila que ce phénomène est élevé.

Face à une telle situation qui sévit dans ce département, les autorités judiciaires ne peuvent rester insensibles, a laissé entendre le procureur général. Sur ce, dira-t-il, il faut une réponse urgente, forte et à la hauteur des attentes des communautés.

La politique pénale du gouvernement recommandant une répression avec fermeté, efficacité dans le respect des droits fondamentaux et libertés publiques, soutient le juge Métahou, les grands problèmes de criminalité ne peuvent être résolus sans l’engagement de l’ensemble des membres du ministère public, la détermination des membres de la police judiciaire, la collaboration des élus locaux et la participation des populations elles-mêmes.

Le maire Abischaï A.Akpalla de Djougou a, dans un premier temps, remercié et félicité le gouvernement qui fait d’efforts considérables pour rapprocher et mettre véritablement la police au service des populations de Djougou. Malheureusement, déplore-t-il, l’augmentation massive des violences contre les personnes, la transformation d’une délinquance contre les biens vers les agressions physiques, génère une demande sociale de sécurité plus forte que jamais.

Pour apporter une solution durable à la prévention de la criminalité en assurant une sécurité permanente aux populations ainsi qu’aux biens, l’autorité communale a appelé à la mise en place d’un partenariat local pour une meilleure gouvernance de la sécurité.

Prévus pour durer deux jours, les travaux prennent fin mercredi, a-t-on appris.

Dans la même catégorie