APS LES ACTEURS POLITIQUES DANS L’OBLIGATION DE DISCUTER DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES (DIOUF SARR) APS LA COMMUNE DE SANDIARA, UN BON ÉLÈVE DE « MARKETING TERRITORIAL », SELON OUMAR GUÈYE APS PACASEN : UNE ALLOCATION DE 149 MILLIONS CFA PRÉVUES POUR LES SIX COMMUNES BÉNÉFICIAIRES DE FATICK AGP Assassinat-Rouen/ Le Président Alpha Condé adresse ses condoléances à la famille Barry et au Peuple de Guinée suite à l’assassinat du docteur Mamoudou Barry AGP Kaloum-Inondations : Des sociétés sur l’occupation des canaux d’évacuation des eaux AGP Labé-Société : Des élus et agents de sante apprennent l’enregistrement des naissances APS EROSION CÔTIÈRE ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES : L’UE OFFRE 3,280 MILLIARDS DE FRANCS CFA AU SÉNÉGAL APS ACTE 3, PHASE 2 : LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES DE THIÈS FORMULENT LEURS ATTENTES APS LUTTE CONTRE LE TERRORISME : CHEIKH TIDIANE GADIO PRÔNE L’ÉLARGISSEMENT DU G5 SAHEL AGP Guinée/société : Bilan de La fondation SOVEE en faveur des femmes des et enfants démunis

BENIN/AGRICULTURE : LA FAO OUTILLE DES PROMOTEURS D’ENTREPRISE SEMENCIERES DU BENIN


  29 Septembre      48        Agriculture (2957), Economie (24437), Entreprises (1271),

   

Porto-Novo, 29 septembre (ABP) – L’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise depuis ce lundi 28 septembre au siège de l’institution onusienne à Cotonou, une formation au profit des promoteurs d’entreprises semencières du Bénin.Une formation contribue à éliminer la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition

Une douzaine de promoteurs d’entreprises semencières du Bénin participent à cette formation. Pendant cinq jours ils se familiariseront, entre autres, avec les textes législatifs et réglementaires du Bénin et de l’OHADA qui encadrent les activités commerciales des PME, de même que les types et formes des PME, sur les notions de vie associative.

D’autres enseignements sur la gestion des contrats d’affaires dans le domaine semencier, les obligations fiscales des entreprises, la gestion administratives, la planification et le suivi-évaluation d’une PME, la gestion financière et comptable d’une PME, le marketing et les négociations commerciales (prix, produits, communication, distribution), la rentabilité financière et commerciale d’une PME seront abordés.

L’importation et la commercialisation des semences de pomme de terre, les itinéraires de production de plants greffés d’anacardiers, de rejets d’ananas, l’inspection et la certification des semences de différentes catégories et espèces végétales, la traçabilité en production semencières, l’initiation et la manipulation de la base de données des semences végétales figurent également en bonne place dans la formation.
Pour le représentant résident de la FAO au Bénin, Tiémoko Yo, l’agriculture performante repose sur une filière semencière qui convienne.

Dans ce cadre, le gouvernement béninois et la FAO conjuguent leurs efforts pour apporter leur soutien aux acteurs, afin que le secteur agricole joue effectivement son rôle de moteur de relance de l’économie, signale-t-il.

Le représentant résident de la FAO au Bénin fait remarquer que le projet a déjà réalisée diverses actions visant à optimiser les atouts de la filière « semences ». Pour lui, la FAO estime que le secteur privé doit jouer un rôle central dans la réussite de ce t objectif. C’est ce qui justifie, indique-t-il, l’organisation de la formation qui permettra aux acteurs d’être mieux outillés et s’assurer une bonne gestion de leurs entreprises semencières.

Quant au secrétaire général adjoint du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Martin Houndonougbo, il présente ses félicitations aux acteurs sélectionnées pour faire partir de cette phase pilote te pour avoir rempli toutes les conditions exigées.

Cette démarche de la FAO contribuera à la sécurité alimentaire, espère-t-il, convaincu par ailleurs de l’importance suprême de la qualité des semences dans le rendement agricole. Ainsi, le développement de nouvelles variétés performantes et la mise en place de politiques agricoles efficaces sont plus que jamais d’actualité. Surtout que le diagnostic du sous-secteur semencier révèle de graves insuffisances que les sociétés semencières pourraient bien aider à surmonter en promouvant des semences de qualité. Martin Houndonougbo, salue par ailleurs les actions de la FAO en général au Bénin, qui s’est déjà traduite par des actions concrètes au profit du secteur agricole et de ses acteurs. La dynamisation de la filière « Semences » par la FAO, pourrait bien être le début d’une industrie semencière naissante.

Il exhorte les participants à devenir une nouvelle catégorie d’entrepreneurs semenciers dont la réussite sera le tremplin pour une production et une commercialisation d’envergure au Bénin, dont l’agriculture saura en bénéficier énormément.

ABP/AML

Dans la même catégorie