APS POUR UN ALLÈGEMENT FISCAL FAVORISANT UN RETOUR RAPIDE SUR INVESTISSEMENT APS THIÈS : PARENTERUS, UNE USINE DE ’’SOLUTÉS STÉRILES’’ INAUGURÉE À BAYAKH 15 janvier 2019 à 21h15min 0 0% Tags: APS SODAGRI TABLE SUR UNE PRODUCTION DE 270 000 TONNES DE RIZ À KOLDA APS LES MONITEURS DES DAARAS MODERNES CHOISIS PARMI LE PERSONNEL DE L’EDUCATION NATIONALE (MINISTRE) ANP Trafics : Nous avons pour défis communs de joindre nos luttes (Premier ministre italien) MAP Mali: Lancement du Centre de monitoring et de Contrôle des Médias audiovisuels, fruit de la coopération avec la HACA du Maroc AGP Kindia : Le ministre de l’ENA inaugure un Collège dans la CR de Samayah GNA Fifth prosecution witness testifies GNA Implementation of SLWMP is empowering women in northern Ghana GNA Merck Foundation institute media award scheme to fight infertility stigma

Bientôt un laboratoire de diagnostic vétérinaire à Brazzaville


  20 Octobre      43        Science (525), Société (46173),

   

Brazzaville, 20 OCT (ACI) – L’Expert de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, le Dr Yaya Thiongane, a annoncé, le 18 octobre à Brazzaville, le projet de l’élaboration d’un plan d’érection d’un laboratoire de service vétérinaire dans les normes ISO à Brazzaville.

Cette annonce a été faite au cours de l’audience que le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, a accordée à  l’Expert de l’AIEA.

A cette occasion, M. Thiongane a expliqué qu’il s’agit de mettre en place  au Congo un laboratoire de biologie moléculaire  pour permettre au Congo de poser des diagnostics précis sur toutes les maladies animales et même humaines, car souvent des maladies animales sont transmises à l’homme.

L’expert de l’AIEA a indiqué que l’objectif final de ce laboratoire est d’assurer la biosécurité des aliments que la population congolaise aura le loisir de consommer.

Ce laboratoire sera érigé dans le site de Kombé qui  parait un site le plus propice pour l’érection d’un laboratoire qui soit dans les normes internationales,  qui permette rapidement d’avoir sur place la capacité de poser des diagnostics sur toutes les maladies d’origine animale et sur les zoonoses.

«Il n’y a rien de plus désagréable que d’avoir des prélèvements, à les envoyer à l’extérieur du Pays pour faire un diagnostic sur des maladies qui  concernent les populations», a-t- il déclaré.

Le gouvernement a, à juste titre, décidé de mettre en place ce laboratoire pour permettre aussi au pays d’assurer une analyse correcte des denrées alimentaires  qui sont produites au pays ou  importés.

Le vétérinaire ne peut pas améliorer la production animale sans avoir à assurer la santé des animaux qui passent d’abord par un diagnostic précis des maladies qui sévissent pour attirer les moyens de contrôle et de prévention des maladies en vue d’aboutir à mettre sur le marché des denrées alimentaires sures pour l’alimentation optimale des populations parce que les denrées alimentaires contribuent à la santé publique en général et la santé générale de la population congolaise en particulier.

L’Expert a fait remarquer que c’est un projet éminemment scientifique bien que ce soit un projet du ministère de l’agriculture. Cette conjonction des efforts entre le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique et le Ministère de l’agriculture est à même de booster ce projet, car l’objectif du gouvernement est d’avoir dans une année une structure fonctionnelle qui puisse répondre au souci d’améliorer la production alimentaire, agricole et aussi l’élevage au niveau du pays.

«Le site de Kombé apparait une zone très propice à l’érection d’un laboratoire qui respecte les normes de biosécurité de bien-être du personnel et des animaux parce que dans un laboratoire de diagnostic il y a des animaleries qu’il faut mettre en place. Ces animaleries doivent respecter une certaine norme, notamment  la gestion des influents qui sortent du laboratoire doivent être sécurisés avant de les laisser dans l’environnement, le problème de gestion des eaux, des incinérations, toutes ces conditions vont être capitalisées au niveau du site de Kombé», a soutenu l’expert.

Le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique a,  pour sa part,  donné tout son appui à ce projet. Il a promis, en tant que partenaire, d’accompagner l’organisme international de l’énergie atomique et la République a pris ses responsabilités pour que chaque partie impliquée apporte sa contribution.

Dans la même catégorie