AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Cartographie des risques: les agents de l’AIP exhortés a s’approprier les outils de contrôle interne AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Football: La liste des 26 Eléphants pour les matchs amicaux contre la Belgique et le Japon AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Une maison en construction s’effondre à Abidjan: un mort, selon les secours AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Remise officielle des dons du couple présidentiel aux populations de Bonon ANG Covid-19/”Usar máscara é tão importante como haver uma vacina”, diz director do África CDC ANG Presidentes da Guiné-Bissau e do Níger defendem necessidade de reforço das relações cooperação entre os dois países ANG Presidente da República considera de “grande importância” a visita do seu homólogo nigerino ANG Comunicação Social/Radiodifusão Nacional já está em condições de cobrir todo o país GNA First Lady courts voters in Adentan Constituency GNA EC re-opens registration exercise

BIGNONA : 40 JEUNES FORMÉS EN DÉPANNAGE DU MATÉRIEL SOLAIRE


  27 Août      24        Environnement/Eaux/Forêts (2114),

   

Baïla (Bignona), 27 août (APS) – Quarante jeunes de la commune de Suelle (Bignona, sud) ont été formé en dépannage d’équipements solaires dans le cadre d’un projet piloté par le programme « Réussir au Sénégal » en coopération avec GFA et la coopération allemande (GIZ), a constaté l’APS.

« Il s’agit de jeunes ciblés dans le cadre d’un Projet de formation et d’insertion (PFI). Ils ont déjà fini leur formation. Le temps d’être insérés dans le circuit de l’emploi, nous avons trouvé l’opportunité de les insérer provisoirement dans la réparation d’équipements solaires pour permettre à ces localités rurales de disposer du courant en continu’’, a expliqué Mouhamed El Bachir Diop, conseiller technique au programme « Réussir au Sénégal ».

Il s’exprimait au cours d’une tournée de l’équipe des jeunes formés au niveau de plusieurs villages du département de Bignona pour procéder à l’inventaire des équipements défectueux en vue de les réparer au grand soulagement des populations.

« Nous procédons à un diagnostic des pannes et faire les réparations. Le travail de réparation concerne surtout les panneaux solaires dans les habitations et les pompes solaires dans les champs irrigués. Les frais de réparation sont globalement pris en charge par le projet +Réussir au Sénégal+ avec un financement de plus de 4.000 000 FCFA », a souligné Malang Bandiang, directeur du Centre de formation professionnel (CFP) de Baïla.

Le CFP de Baïla dans le département de Bignona forme ses étudiants sur 11 filières dont celle relative au solaire. « Nous avons bénéficié d’un Projet de formation et insertion (PFI) qui nous a permis de former 40 jeunes dans les domaines de Diagnostic, Maintenance et installation d’équipements solaires », a signalé M. Bandiang.

« Le programme vise les trois objectifs que sont la sensibilisation, le renforcement de capacité et l’entreprenariat. Nous allons vers les jeunes qui ont très tôt abandonné l’école ou qui sont des diplômés chômeurs pour les sensibiliser et leur montrer qu’il est possible de réussir dans sa localité dont le concept +Réussir au Sénégal+ », a poursuivi Mouhamed El Bachir Diop.

Ce projet financé par le GFA et le GIZ offre aux jeunes ciblés un dispositif pédagogique et des financements avec la remise d’un kit de démarrage pour pouvoir se lancer dans l’entreprenariat.

« Les appareils solaires tombent souvent en panne et cela fait plonger les localités rurales dans l’obscurité et dans l’inactivité s’il s’agit des pompes solaires dans les fermes agricoles. Ce kit de démarrage plonge les jeunes dans un entreprenariat actif », s’est félicité le conseiller technique de +Réussir au Sénégal+.

Au-delà de la niche d’emplois crées par le projet, le dépannage des équipements permet aux villages d’avoir de l’éclairage en continu.

« Ce sont des localités dépourvues d’une distribution d’électricité en continu. Le dépannage des équipements solaires est une aubaine pour les ménages ruraux. Dans les villages quand le matériel solaire est tombé en panne, son propriétaire le range sous le lit. Donc il y a un potentiel évident pour les jeunes formés », a fait remarquer Mouhamed El Bachir Diop.

Le projet polarise déjà plusieurs dizaines de villages dans le département de Bignona du fait d’une « forte demande locale », selon ces promoteurs.

« A chaque fois que les jeunes investissent un village pour le travail de réparation, les populations des villages environnants viennent spontanément pour apporter leur matériel en panne », a insisté M. Diop.

« Les pannes des équipements solaires sont nombreuses dans les villages. Le matériel en panne concerne souvent des équipements d’éclairages comme la batterie, les lampes, les panneaux solaires. Mais comme nous sommes dans une zone agricole, nous recevons souvent des pompes solaires dédiées aux champs d’irrigués », a indiqué le formateur Joseph Diatta, professeur en électrotechnique et énergie solaire.

Dans la même catégorie