MAP SM le Roi préside la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe PSA au Maroc, une nouvelle illustration de l’excellence du « Made in Morocco » INFORPRESS INSP garante que a mortalidade infantil no período neonatal não é alarmante mas sim um desafio – INSP INFORPRESS Jorge Santos considera que o Tribunal de Justiça da CEDEAO é um instrumento privilegiado para proteger os cidadãos INFORPRESS Ministro do Turismo defende trabalho articulado entre Governo e privados para que cruzeiristas gastem mais no país ANP Mécanisme d’évacuation d’urgence des réfugiés : plus de 1300 évacués de la Libye au Niger réinstallés (HCR) AIB Les archivistes, les documentalistes et les bibliothécaires dénoncent les difficiles conditions de travail AIB Le président du Faso Roch Kaboré « ne semble pas comprendre que la réconciliation nationale est la seule voie de salut pour le Burkina Faso » (Yacouba Isaac) AIB Burkina : Le président Kaboré reçoit un rapport sur la libre circulation des personnes et des biens ACI CONGO: NÉCESSITE POUR LES ETATS D’HARMONISER LES POLITIQUES POUR FAIRE RÉGNER LA SÉCURITÉ ACI CONGO: CÉLÉBRATION DU 25EME ANNIVERSAIRE DU PARTENARIAT POUR LA CONSERVATION DU PARC NOUABALE-NDOKI

Birima Mangara: « nos finances se portent bien »


  4 Juin      47        Economie (23980), Finance (3780),

   

Dakar, 5 juin (APS) – L’économie et la trésorerie du Sénégal  »se portent bien », a assuré, lundi, à Dakar, le ministre délégué chargé du Budget, Birima Mangara, en réponse à certaines interrogations faisant état d’éventuelles difficultés financières auxquelles ferait face l’Etat sénégalais.
« Tout ne va pas bien comme dans le meilleur des mondes, mais soyez rassurés que tout va bien jusqu’ici, parce que nous respectons nos standards, nos normes, et notre économie, notre trésorerie se portent bien », a-t-il dit.

Birima Mangara s’entretenait avec des journalistes, lors de la Journée d’information et de sensibilisation sur le marché financier de l’Union économique Ouest-africain (UEMOA), qui se tient au CESAG, le Centre africain d’études supérieures en gestion de Dakar.

« Nous avons des ressources, nous sommes en train de payer ce qui doit être payé et nous sommes en train de diriger l’économie », a-t-il souligné en marge de cette rencontre avec les étudiants du CESAG, des universités et des grandes écoles de Dakar.

« Une économie repose sur des principes et des piliers, on peut avoir la manne financière qui dépasse même vos besoins, mais vous ne pouvez pas la dépenser, car il faut la dépenser par à rapport aux règles de gestion budgétaire et aux règles rigoureuses de la finance publique », a fait valoir Birima Mangara.

A la suite d’autres personnalités, des politiques ou des experts, l’ancien Premier ministre Mamadou Lamine Loum, qui fut également ministre de l’Economie et des Finances, s’est exprimé dimanche sur les difficultés financières auxquelles l’Etat sénégalais se trouverait confronté, au cours de  »Grand Jury », une émission hebdomadaire de la Radio futurs médias (RFM, privée).

Il a fait état d’une « tension financière au Sénégal. Les écoles privées, les étudiants, les entreprises, les bailleurs de l’Etat la sentent », a dit Mamadou Lamine Loum.

Selon Mamadou Lamine Loum, « les eurobonds contractés en mars dernier par le gouvernement, montrent que les finances publiques sénégalaises ne se portent pas bien ».

Début mars, le Sénégal levait sur les marchés financiers internationaux 1200 milliards de francs CFA, soit 2 milliards américains d’emprunt, payable sur une durée de 30 ans et à un taux d’intérêt jugé faible.

« C’est peut-être qu’ils ont entendu que nous sommes partis chercher beaucoup de milliards et ils croient que tout doit être injecté automatiquement dans l’économie mais cela ne se passe pas comme cela, c’est doucement qu’on va le faire », a commenté le ministre du Budget, en parlant de ceux qui évoquent les difficultés financières du Sénégal.

DS/BK

Dans la même catégorie